La Cause pour l’Elégance, le Bon Goût et la Correction Orthographique, Lexicale et Grammaticale

Ici, pas de smileys, pas de lol ni de points d’exclamation successifs, mais de l’élégance, du bon goût et de la correction pour s’exprimer. Et un rude combat à mener contre la déferlante de la vulgarité. Rejoignez-nous!

 

La CEBGCOLG affirme son opposition aux acronymes

Dans les diners mondains et les clubs de bridge qu’il fréquente, le Grand Maître de la Cause a souvent l’occasion de rencontrer des personnes inconsistantes, qui, pour se donner de l’importance, aiment à définir leurs occupations à l’aide d’acronymes que personne ne comprend et qu’ils utilisent pour impressionner leur monde. « Je suis chercheur en R&D1 », « J’effectue des enquêtes de terrain AEU2 pour le compte de l’ANRU3 », « Je travaille à un rapprochement des structures de l’ONU4, de l’OTAN5, de l’UE6, de l’ASEAN7 et de l’ALENA8 » ou encore « Je suis astronome et j’observe actuellement la planète Eb16dE659 » sont donc des phrases que le Grand Maître de la Cause est régulièrement amené à entendre. En général, il y répond de la manière suivante : « Je suis le Grand Maître de la CEBGCOLG10, et allez tous vous faire foutre. » A ce moment-là, les gens me tournent le dos et s’en vont en bougonnant, sans doute frustrés de découvrir un acronyme qu’ils ne connaissaient pas, car je ne vois pas d’autre raison de me tourner le dos.

A la Cause, nous sommes de fervents défenseurs de l’élégance dans la langue française. Et la moindre des élégances, c’est quand même de se faire comprendre par tout le monde. C’est là l’objectif premier de notre action. Nous estimons que les smileys nuisent à la compréhension d’un texte, nous affirmons que les « lol » mettent en péril l’entendement d’une notion, et il en va de même pour une ponctuation négligée et exagérée. Mais nous n’avons encore jamais eu l’occasion de traiter des acronymes, et pourtant, il y a beaucoup à dire sur ces sigles, qui, comme les éléments que je viens de vous citer, j’espère que vous vous en rappelez, sont des obstacles à la bonne tenue d’un texte. Il convenait donc aujourd’hui d’apporter un coup fatal à ces constructions lexicales du plus complet mauvais goût. Et il ne fait aucun doute qu’après avoir lu cet article, vous y réfléchirez à deux fois avant d’utiliser à tort et à travers des acronymes.

(more…)

Dans : Argumentaires de la Cause,Ils abîment la langue
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 14 septembre, 2010
A 17:22
Commentaires : 3
 
 

La Cause aime la photographie, mais pas les clichés

On pourrait pensait que la CEBGCOLG est plutôt copine avec ce qu’on appelle communément la « presse » ou les « médias ». Il est vrai qu’on aperçoit rarement de smileys dans les colonnes du Monde, que Libération émaille avec parcimonie ses articles de points d’exclamation successifs et que, aussi étonnant que cela puisse paraitre, le Figaro n’est pas coutumier de l’emploi du « lol », pourtant, Dieu sait si ce journal nous fait marrer. Autant d’éléments à porter au bénéfice de ces journaux qui pourraient faire croire aux béotiens et aux sapajous que la presse s’exprime correctement et qu’elle participe du raffinement dans la langue française.

C’est à ce moment que le Grand Maître de la Cause intervient, comme d’habitude mais sans lassitude, pour rappeler à la raison toutes ces âmes esseulées, tellement désemparées qu’elles en viendraient à croire que Libération ou le Figaro puissent être des bastions de l’élégance verbale. Bien entendu, ce n’est pas le cas. S’il suffisait de ne pas utiliser de smileys ou de « lol » pour pouvoir prétendre faire partie du cercle fermé des hommes de bon goût, j’aime autant vous dire que le cercle en question serait, pour le coup, beaucoup moins fermé. Et puis il faut rappeler qu’en général, le contenu des journaux est rédigé (et j’emploie le terme « rédigé » avec tous les guillemets qui s’imposent) par des journalistes, c’est-à-dire des types payés à la ligne ou au nombre de signes qui cherchent plus à remplir les trous entre les publicités de leurs baveux qu’à en relever le niveau.

Conscient de leurs méthodes de travail en tous points différentes des siennes (puisque je m’autorise à prendre le temps qu’il faut pour écrire des articles fouillés et de qualité), le Grand Maître de la Cause s’est toujours méfié des journalistes. Aussi, pour résoudre définitivement la question du bon goût des journalistes, il a étudié avec intérêt une enquête statistique publiée récemment sur les clichés dans la presse. Certes, cette enquête a été menée par des journalistes, mais entre des journalistes fiers de l’être et des journalistes crachant sur leurs confrères journalistes, il est nul besoin de préciser auxquels va ma préférence.

(more…)

Dans : Ennemis de la Cause,Hors de Cause,Revue de presse
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 8 septembre, 2010
A 18:29
Commentaires : 2
 
 

Le Grand Maître de la Cause s’est offert les services d’un conseiller en communication

Cela fait maintenant plus de deux semaines que le Grand Maître de la Cause se terre dans un silence de mort, qu’il n’a pas écrit une ligne inédite sur son blog, c’est tout juste s’il a pris la peine de vérifier s’il y avait du courrier et de payer la facture d’électricité. Les plus férus de ses aficionados commençaient d’ailleurs à s’inquiéter. Le Grand Maître de la Cause avait-il abdiqué, avait-il capitulé face au smiley et au mauvais goût ? Ils avaient peine à y croire, car le Grand Maître de la Cause n’abandonne jamais et la lutte contre l’inélégance lexicale est le combat de sa vie. Mais alors, quelle pouvait être la raison d’un si long silence ? Au nom de quel motif d’importance extrême s’était-il résolu à laisser fermées les portes de la Cause pendant quinze jours, laissant en proie au « lol » et aux salves de points d’exclamation les dizaines de milliers de ses avides lecteurs ?

Cessez-de vous creuser la tête, le Grand Maître de la Cause, d’humeur guillerette en cette période de rentrée des classes, vous offre la réponse toute cuite : comme tous les grands de ce monde (et le Maître de la Cause est un grand de ce monde puisqu’on l’appelle « Grand » Maître de la Cause), l’honorable patron de notre vénérable Association s’est payé les services d’un conseiller en communication. Il va sans dire qu’il se paye les services d’un conseiller en communication en piochant dans le maigre budget de la Cause et non pas sur ses deniers personnels, qu’il garde précieusement pour d’autres occupations bien plus affriolantes, comme partir à la découverte de cultures étrangères sur le bas côté de routes départementales, comme quoi, malgré ses prestigieuses fonctions, le Grand Maître de la Cause a encore une morale.

Un conseiller en communication donc. Mais pour quoi faire ? Et en quoi cela explique-t-il cette déraisonnable quiétude de la Cause pendant 336 longues heures (l’impression de longueur est renforcée quand on exprime cette durée en minutes, mais je ne voudrais pas passer pour fainéant) ? Et comment expliquer que l’introduction d’un conseiller en communication dans le giron du Grand Maître de la Cause aboutisse à une diminution de ses communications ?

(more…)

Dans : Les aventures du Grand Maître de la Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 5 septembre, 2010
A 18:10
Commentaires :1
 
 

En quoi la Cause est-elle différente d’une religion?

Parfois, lorsque le Grand Maître de la Cause se promène dans la rue, les gens le coupent dans son élan et dans sa parole (car le Grand Maître de la Cause, n’étant plus à un exploit près, arrive à parler et à marcher en même temps), et commencent à lui faire part d’un grand nombre de doléances, qu’il se trouve en réalité bien incapable de satisfaire, car le Grand Maître de la Cause, ne lui en déplaise, n’est pas Dieu, il n’est pas tout puissant, il ne peut pas tout, et je vous invite, vous tous, mes fidèles, à bien vous enfoncer cela dans le crâne, à côté des souvenirs de vos cours de catéchisme. C’est donc bien malheureux que je dis à ces âmes en peine, à ces pauvres hères, que je ne suis pas en mesure de leur donner les résultats du prochain tirage du loto que j’attends, comme eux, avec impatience, pas plus que je ne peux guérir, tel un thaumaturge, l’atroce plaie qui leur coupe le visage en deux. En général, je termine cette succincte mise au point d’un péremptoire « Je ne suis pas Dieu, nom de Dieu ». Et, à chaque fois, ça ne manque jamais, on me regarde d’un air surpris.

C’est pour cette raison que je veux aujourd’hui être très clair sur les différences fondamentales qui existent entre la Cause et une religion, quelle qu’elle soit, car je ne voudrais pas faire de jaloux, elles sont toutes à mettre dans le même sac. Je vois bien que certains esprits esseulés cherchent du réconfort en gravitant dans nos sphères, mais pour être franc, niveau poursuite du salut éternel, eucharistie et imam caché, on ne souffre pas vraiment la comparaison avec une vraie religion digne de ce nom.

(more…)

Dans : De quoi la Cause est-elle le nom?
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 16 août, 2010
A 9:21
Commentaires : 7
 
 

Déjà 1268 visiteurs pour le blog de la Cause!

A force de travail, d’abnégation et d’opiniâtreté, le blog de la Cause pour l’Elégance le Bon Goût et la Correction Orthographique, Lexicale et Grammaticale s’est fait un petit nom au sein de la blogosphère, et le Grand Maître de la Cause en tire des avantages indéniables. Il en veut pour preuve le fait qu’il ne passe désormais plus une seule soirée sans entendre l’un de ses quatre téléphones portables sonner, parfois même simultanément avec l’un de ses trois téléphones portables restants, et c’est alors qu’il doit faire des choix délicats : va-t-il aller passer la soirée au carré VIP d’une boîte de nuit en banlieue chic de Paris ou va-t-il aller dîner au Fouquet’s avec ses nouveaux amis people avant d’aller dormir au Bristol avec une escort-girl recommandée par Franck Ribéry en personne? Vous voyez que la célébrité n’a pas que des avantages, puisque j’ai à choisir entre l’une et l’autre de ces propositions alliciantes, ce qui, en soi, est un drame.

Mais, une fois n’est pas coutume, je ne suis pas là pour parler de moi, je suis en réalité ici pour célébrer la réussite collective de l’entreprise que nous avons débutée en avril de l’an de grâce 2010, pour vous donner une idée de l’importance de la chose. Entouré de tous les membres de la Cause, je me félicite effectivement de l’exploit qui s’est produit, pas plus tard que tout à l’heure, c’est vous dire si je suis réactif, puisque nous avons franchi, tenez-vous bien, la barre hautement symbolique des 1268 visiteurs sur ce blog. Alors, bien sûr, en entrant dans les détails et en prenant en considération tout un paquet d’éléments techniques, il y aurait de quoi amoindrir cette performance. Néanmoins, je veux ici me féliciter, au nom de tout le personnel de la Cause qui travaille d’arrache-pied de jour comme de nuit pour maintenir à flots le bon goût, d’avoir franchi cette barrière hautement symbolique des 1268 visiteurs.

Pareillement, il serait facile de critiquer le choix de ce symbole. J’entends déjà les sempiternels rabats-joie et les médisants devant l’éternel me harceler pour me demander : « Mais pourquoi, ô Grand Maître de la Cause (car il n’est quand même pas question que les médisants et les rabats-joie ne me respectent pas) n’avez-vous pas choisi comme barrière symbolique le cap des 1000 visiteurs? Ce chiffre rond eut été beaucoup plus marquant. » Je réponds avec empressement à ces impétueux que c’est encore moi qui décide ici, et que je suis quand même le mieux placé pour décider des chiffres symboliques de la Cause. Non mais. Et d’autre part, à la Cause, on n’aime pas ce qui est rond. Nous sommes carrés et droits dans nos bottes, nous affectionnons particulièrement la précision et tâchons d’être rigoureux en toute circonstance, on ne va donc pas commencer à être flous, laxistes et ronds pour faire plaisir au premier apprenti casse-pied venu. 1268 c’est 1268, ce n’est pas 1000. Un point c’est tout.

(more…)

Dans : Actualité du blog de la Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 9 août, 2010
A 9:29
Commentaires : 7
 
 

Le Grand Maître de la Cause s’est inscrit sur Facebook

Les blogs, les forums Internet, la télévision, les journaux, la publicité, les conversations de tous les jours : le champ d’intervention de la Cause pour l’Elégance, le Bon Goût et la Correction Orthographique, Lexicale et Grammaticale portée à bout de bras par son infatigable Grand Maître est déjà vaste. Parfois, il s’apparente même à un champ de mines, et ledit Grand Maître doit zigzaguer entre les « lol », sautiller au dessus des smileys, esquiver les salves de points d’exclamation et faire des triples saltos arrière pour éviter toutes les protubérances du langage texto. Cela lui demande beaucoup d’entrainement, une condition physique à toute épreuve et une dextérité à faire pâlir d’envie un marionnettiste.

Mais lui qui croyait avoir tout vu, tout entendu, tout touché, tout senti, tout goûté et qui avait même parlé aux morts, il s’est trouvé qu’un domaine lui demeurait inconnu, et il lui est apparu que la Cause ne pouvait pas ne pas y intervenir. En enlevant la double négation, ça fait qu’on s’est senti un peu obligés, moi et tous mes camarades membres de la Cause, d’aller y mettre notre grain de sel. Je veux bien sûr parler de ce site communautaire mondial, Facebook, qui rassemble toute la jeunesse de cette planète, soit environ 500 millions de têtes de pipe. Il était évident que sur ce site devaient germer et proliférer comme des champignons dans une chaussette sale oubliée sous un lit le mauvais goût, l’inélégance, l’indélicatesse et, en gros, tout ce qu’on n’aime pas parmi les hommes de bon goût qui composent notre noble Institution.

Le Grand Maître se devait d’aller rétablir l’ordre séance tenante dans cette antichambre de l’enfer, et il s’est donc empressé d’aller créer un profil Facebook à son nom. Enfin, pas véritablement à son nom. Vous savez tous comme le Grand Maître de la Cause est détesté dans le milieu d’Internet, et redouté par tous ces individus, utilisateurs forcenés des simplifications lexicales et grammaticales. Le Grand Maître de la Cause débarquant sur Facebook, ce serait un peu comme si un requin débarquait dans un bocal de poissons rouges. Il fallait donc la jouer fine, et, tout comme le requin ce serait peint en rouge pour se fondre dans la masse avant de croquer toute la poiscaille une à une, le Grand Maître de la Cause s’est teint en jeune, il n’a pas utilisé le nom, trop connu et reconnu de « Grand Maître de la Cause », mais un pseudonyme qu’il ne vous dévoilera pas car alors ce serait tout son stratagème qui tomberait à l’eau, au milieu des poissons rouges.

(more…)

Dans : Les aventures du Grand Maître de la Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 29 juillet, 2010
A 15:29
Commentaires : 16
 
 

Veille télé, Partie II : Le Grand Maître de la Cause se paye Jonathan « la gigue » et Sam de Paname « le bourricot »

Chers lecteurs,

Après vous avoir quitté subitement, et un brin ulcéré, hier soir, je vous retrouve aujourd’hui frais comme un gardon et ragaillardi pour terminer le compte rendu édifiant de cette émission consternante diffusée cette fin de semaine sur NRJ12 : « Prêt à tout pour devenir célèbre ». Nous avons survécu à la présentation de Bébert le cochon-boucher et de Jessica la bimbo-décérébrée, il n’y a donc aucune raison que nous succombions au récit des aventures de Jonathan et de Sam de Paname. Mais méfions-nous tout de même, nous ne sommes pas à l’abri d’une mauvaise surprise.

Nous avions terminé hier par mon souhait de distribuer des baffes à ces individus qui, de toute évidence, n’en ont pas reçu assez étant petits, mais les héros du jour ne rentrent à mon avis pas non plus dans les quotas, et nous allons avoir maintes occasions de nous chauffer les mains aujourd’hui également.

(more…)

Dans : Ennemis de la Cause,Hors de Cause,Les aventures du Grand Maître de la Cause,On en a causé à  la télé
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 27 juillet, 2010
A 17:04
Commentaires : 6
 
 

Veille télé, Partie I : Il y a du pain sur la planche, et des tartes qui se perdent

La lutte pour le bon goût et l’élégance est un combat qui ne connait pas de jour de repos, contrairement à ces fainéants du Tour de France, qui passent deux jours sans pédaler sur trois semaines, ce que je ne peux bien évidemment pas me permettre. Imaginez le scandale si je m’accordais une journée de relâche, sans veiller constamment sur l’état de la langue française, et que pile à ce moment là, une nouvelle offensive du smiley ou du langage texto se manifestait : on me le reprocherait jusqu’à la fin de mes jours, et à juste titre, puisque sur mes frêles épaules reposerait alors le poids de cette erreur qui ne manquerait pas d’entrainer le monde dans les tréfonds de l’ineptie verbale et de la simplification grammaticale, ce qui ne risque pas de m’arriver, la preuve, je ne me rappelle même plus quand est-ce que j’ai commencé cette phrase.

Toujours est-il que, ne connaissant pas de vacances, le Grand Maître de la Cause a entrepris hier d’effectuer une petite séance de veille télévisuelle… Je voulais m’avachir et buller dans mon canapé quoi. Au début, j’avais commencé par m’endormir devant le Tour de France, mais ma conscience professionnelle me rattrapant juste avant que je ne sombre dans le Royaume de Morphée, je me suis décidé à zapper mollement, en écoutant d’une oreille distraite. C’est alors que je suis tombé sur un programme qui n’a pas manqué d’attirer mon attention, sur la chaine NRJ12, car, en tant qu’homme moderne, je suis équipé de la TNT. Ce programme, intitulé « Prêt à tout pour devenir célèbre », dressait le portrait de quatre énergumènes qu’il ne serait pas abusif de qualifier à la fois d’égoïstes, d’égotiques et d’égocentriques dont l’unique but dans l’existence était de parvenir à la célébrité.

Rien que d’évoquer cette émission, j’en ai des larmes de rire qui me coulent sur la joue gauche et des larmes de tristesse sur la joue droite. L’exhibitionnisme patent et l’absence de tout sens de la mesure et de la retenue de ces quatre hurluberlus atteignaient un niveau de ridicule qui en devenait presque gênant pour le téléspectateur lambda que j’avais la prétention d’être. Entre Jonathan (prononcez Jonathane), Sam (autosurnommé Sam de Paname), Jessica et Bébert, on peut dire qu’il n’y en avait pas un pour rattraper les autres.

(more…)

Dans : Ennemis de la Cause,Hors de Cause,Les aventures du Grand Maître de la Cause,On en a causé à  la télé
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 26 juillet, 2010
A 18:32
Commentaires : 0
 
 

Le «lol» s’attaque à  l’oral!

Les amis, la situation devient grave, préoccupante, inquiétante. Je suis sur le front de l’élégance verbale et du bon goût lexical chaque minute de chaque heure, et il faut se dire la vérité : nous sommes assiégés. La menace se profile de toutes part, et cela me fatigue tellement qu’hier, j’ai décidé d’aller déguster une glace.

A ce propos, je dis cela parce que le glacier, quand il m’a tendu mon sorbet pêche-ananas dans un cornet gaufré m’a souhaité une « bonne dégustation », ce qui m’a fait sourire, et en même temps, m’a gêné, car que répondre à un type qui nous souhaite une bonne dégustation? On ne va pas lui rendre la politesse, lui ne va rien déguster du tout, si ça se trouve, les glaces, à force d’en faire des boules et des boules toute la journée, il en a même horreur. Mais répondre classiquement « bonne journée » à un bon gars qui ose sortir des sentiers battus pour nous saluer en nous disant « bonne dégustation » n’aurait pas été à la hauteur de la réputation du Grand Maître de la Cause que je suis. C’est donc audacieusement que je me suis décidé à lui souhaiter « une très bonne vente de glace pour cette fin de journée, puisse-t-elle vous satisfaire au point de fermer en avance votre magasin pour qu’ainsi vous savouriez la fraicheur du soir. » Il me souhaitait de bien déguster ma glace, je lui souhaitais de bien savourer sa soirée, nous étions quittes. De toute façon, il m’a déjà oublié.

Toujours est-il qu’en me promenant dans les ruelles de ma cité pour profiter pleinement des délices de cette glace, dans laquelle les arômes de pêche confite et d’ananas fruité s’entrechoquaient dans un festival de saveurs (ce blog ressemble de plus en plus à un blog de cuisine…) j’ai croisé un groupe de jeunes. Vous vous en doutez, cette vision d’horreur a interrompu la sublime et délicate expérience sensuelle que je ressentais dans ma bouche, et, pour tout vous dire, m’a pourri ma journée.

(more…)

Dans : Argumentaires de la Cause,Contre le « lol »
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 21 juillet, 2010
A 16:05
Commentaires :1
 
 

Le Grand Maître de la Cause vous propose une petite leçon de macroéconomie conjuguée à un cours de cuisine

Ne soyez pas surpris, c’est bien un article du Grand Maître de la Cause que vous êtes en train de lire. Pourquoi seriez-vous surpris d’ailleurs? Que le Grand Maître de la Cause écrive un article sur le blog de la Cause, quoi de plus normal?

Seulement, cela commençait à faire un petit bout de temps que, justement, le Grand Maître de la Cause n’avait plus écrit d’article sur le blog de la Cause, poussant l’exercice jusqu’à inverser la norme : désormais, il était plutôt d’usage que le Grand Maître de la Cause n’écrive pas d’article que l’inverse. Le comble pour un forçat du travail comme moi, un acharné du labeur, un dur à cuire quoi, pour la faire courte.

Mais pourquoi une si longue durée d’absence? Pourquoi laisser courir sur la Toile des rumeurs toutes plus affolantes les unes que les autres laissant entendre qui que le Grand Maître de la Cause, grâce au pognon qu’il avait pu amasser par ses trois mois d’existence médiatique à travers son blog avait tout transféré sur un compte au Liechtenstein avant d’aller s’acheter une île aux Seychelles, qui que bouffi d’orgueil et d’égocentricité, le succès lui étant monté à la tête, le Grand Maître de la Cause était mort d’overdose lors de bacchanales où les hommes s’abandonnaient; on l’aurait retrouvé nu dans une baignoire crasseuse. Mais de tout cela il n’est rien, le Grand Maître de la Cause dément fermement toutes ces élucubrations en notant au passage qu’elles avaient toutes pour point de départ le succès grandissant rencontré par son Association. C’était le seul élément contenant un soupçon de vérité parmi tous ces mensonges.

Mais maintenant que le Grand Maître revient, il ne se dérobera pas, et il vous fournira toutes les explications à son absence prolongée, sans mensonge, sans esbroufe, car il vous doit la vérité, comme dirait Jean Sarkozy.

(more…)

Dans : Actualité du blog de la Cause,Les aventures du Grand Maître de la Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 9 juillet, 2010
A 11:05
Commentaires :1
 
123456
 
 

Aux petites mains. |
sabou28 |
PLAYERS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | quad montbrisonnais
| Troupe de théâtre amateur H...
| une vie de bouille...