La Cause pour l’Elégance, le Bon Goût et la Correction Orthographique, Lexicale et Grammaticale

Ici, pas de smileys, pas de lol ni de points d’exclamation successifs, mais de l’élégance, du bon goût et de la correction pour s’exprimer. Et un rude combat à mener contre la déferlante de la vulgarité. Rejoignez-nous!

 
  • Accueil
  • > Les aventures du Grand Maître de la Cause

Les bonnes résolutions du Grand Maître de la Cause

Vous tous qui êtes en train de préparer le réveillon du Nouvel An, qui vous agglutinez dans les allées froides et suréclairées des supermarchés, qui cherchez votre service de mariage pour bien accueillir vos convives, qui descendez à la cave pour retrouver la boite à confettis et à cotillons, vous n’imaginez pas à quel point je vous plains.

Je ne vous plains pas en raison de votre participation à ces festivités de fin d’année, car moi aussi je suis un homme comme un autre, malgré mes apparences d’exception, j’ai des amis et je vais devoir passer une soirée morbide en leur compagnie, car le réveillon est toujours une soirée pénible. Un couple d’amis se dispute et il faut consoler l’un et l’autre en donnant à chacun l’assurance qu’on est de son côté; un type qui se retrouve là car c’est l’ami de l’amie d’un ami ne cesse de boire et vous vous retrouvez à 23h à le passer sous la douche ou à essuyer ses déjections orales dans les toilettes; à minuit, tout le monde explose de joie puis, une minute plus tard, fait le point sur sa vie, et déprime; à une heure du mat’, les derniers vaillants font comme si de rien n’était et continuent de se trémousser sur une pauvre musique des années 80 avant de tomber, raide de fatigue, un quart d’heure plus tard, parce que c’est pas tout ça, mais demain, y en a qui bossent.

Tout cela, à une bulle de champagne près, vous l’avez vécu, vous le vivrez à nouveau, et moi non plus, je n’y couperai pas. Ce n’est donc pas de cela que je vous plaindrais ici, nous sommes tous dans la même barque et je préfère encore m’apitoyer sur mon propre sort. En revanche, ce dont je vous plains grandement, c’est de la rituelle question à laquelle vous devrez obligatoirement faire face sur les coups de minuit : « Alors, quelle est ta bonne résolution pour l’année à venir ? »

(more…)

Dans : Les aventures du Grand Maître de la Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 29 décembre, 2010
A 21:07
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Les aventures du Grand Maître de la Cause

La lettre au Père Noël du Grand Maître de la Cause

Et voilà, comme nous pouvions nous y attendre, la neige a recouvert de son blanc manteau nos toits et nos forêts; les candélabres ont revêtu pour deux mois leurs belles décorations lumineuses et clignotantes; les trains sont en retard, encore que ce dernier point ne soit pas particulièrement distinctif de la période hivernale qui nous préoccupe ici, comme vous l’avez déjà compris car vous n’êtes pas sans savoir que Noël approche. Oh ! Vous pourrez me reprocher d’avoir déjà introduit un de mes précédents papiers de la sorte, mais que voulez-vous, le froid, la neige et Noël, c’est quand même l’actualité du moment.

Or je me suis aperçu l’autre jour que je n’avais pas encore envoyé ma lettre au Père Noël, ce qui m’a inquiété car alors, comment aurait-il pu savoir que je voulais pour Noël une large diffusion du bon goût lexical et de la correction rédactionnelle parmi mes compatriotes, mais surtout parmi les moins patriotes d’entre eux?

Mais je vous entends d’ici vous gausser sur un ton attendri en vous exclamant « Eh l’autr’ eh ! Il croit encore au Père Noël ! C’est encore un gamin ! », ce que je vous somme d’arrêter immédiatement. Parce que d’abord, c’est pas vrai, je suis pas un enfant, et puis c’est celui qui dit qui y est. Na. Et ensuite, imaginez une seconde qu’un vrai enfant vienne à lire ces lignes, un authentique enfant comme vous avez oublié que vous le fûtes aussi. Il se demandera en quoi est-il si honteux de croire au Père Noël, pourquoi est-ce que ceci suscite vos quolibets malfaisants. Et puis, il réfléchira le marmot, car il n’est pas sot – on pourrait d’ailleurs dire que de ce point de vue, je suis un superbe enfant – et il se dira « Si on se moque de moi parce que je crois en quelque-chose, c’est certainement parce que ce quelque-chose en question n’existe pas… » Et il ira d’un pas décidé se désinscrire de ses cours de catéchisme et vous porterez pour le restant de vos jours sur vos frêles épaules le poids de la désaffection des églises. Et je ne veux en aucun cas endosser cette responsabilité en publiant vos moqueries sur mon site. Surtout en période de Noël.

Pour être clair et en finir avec cette histoire, je tiens donc à dire que je ne crois pas au Père Noël. Je n’y crois pas pas non plus d’ailleurs. En fait, je n’ai pas d’avis tranché sur la question, et, finalement, je me dis que j’ai tout à gagner à considérer qu’il existe. Par conséquent je rédige des lettres au Père Noël, sans lui poser la question de savoir s’il existe ou pas. Ce n’est pas mon problème au fond. S’il n’existe pas, c’est bien dommage pour lui, mais je m’en accommoderais parfaitement.

(more…)

Dans : Les aventures du Grand Maître de la Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 14 décembre, 2010
A 17:57
Commentaires : 5
 
 
  • Accueil
  • > Les aventures du Grand Maître de la Cause

La Cause prend son temps

Pas de précipitation chers amis, nous avons le temps. Le temps pour faire quoi ? Le temps pour prendre notre temps. Cette révélation – que dis-je ? – cette fulgurance ne m’est pas apparue comme cela sur ordre divin, ni par la lecture complète des œuvres de François Mitterrand – à moins que ce ne fut lui – mais par ma rencontre avec un vieillard cacochyme et souffreteux, l’autre jour, alors que j’allais effectuer la demande d’agrément pour que la Cause puisse s’affilier à la Fédération Française de Scrabble. Non pas que nous jouions particulièrement souvent au Scrabble, mais plutôt que le bureau des Eminences de la Cause, composé, je le rappelle, de moi-même, Grand Maître de la Cause et de même-moi, Président Honoraire de la Cause, a estimé, en séance plénière, que cela parerait notre Association d’une touche supplémentaire de sérieux et de rigueur. Je parle bien d’une touche supplémentaire de sérieux et de rigueur, car en la matière, vous savez bien que la Cause a plus d’une touche.

Et il se trouve que, chemin faisant, je me suis retrouvé à faire la course avec ce pauvre vieillard malingre, qui tenait à peine debout malgré son déambulateur, et que j’ai dépassé avec une facilité déconcertante dans un geste d’esquive digne d’un déhanché de torero. Pas peu fier de ma performance, je lance alors avec un brin de mesquinerie à ce vieux rabougri « Alors Papy, on se traine ? », me vautrant ainsi de manière éhontée dans la fange de la gérontophobie ambiante. Pas décontenancé pour un sou, le vieux me rétorque alors sur un ton sentencieux « Vous savez jeune homme [oui, oui, vous avez bien vu, malgré le poids de mes responsabilités et l’archaïsme apparent de nos combats, je préserve une allure fringante de jeune homme qui ne trompe pas même le plus myope des vétérans], plus je me rapproche de l’éternité, plus je prends mon temps ».

Ça par exemple ! Moi qui croyais avoir affaire à un valétudinaire sans défense, je venais en réalité de croiser le détenteur de la vérité universelle, celui qui savait le sens du monde. Ni Dieu ni Grand Maître, mais quelque-chose d’approchant. En m’excusant platement auprès de ce sage de l’avoir importuné, je repartis, convaincu en mon for intérieur que ce brave homme, ce héros, ce héraut, avait bien des choses à nous apprendre des grandes questions, de la vie, de la mort, de l’amour, des smileys.

(more…)

Dans : Argumentaires de la Cause,Contre le smiley,Les aventures du Grand Maître de la Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 30 octobre, 2010
A 15:23
Commentaires : 8
 
 
  • Accueil
  • > Les aventures du Grand Maître de la Cause

Le Grand Maître de la Cause s’est offert les services d’un conseiller en communication

Cela fait maintenant plus de deux semaines que le Grand Maître de la Cause se terre dans un silence de mort, qu’il n’a pas écrit une ligne inédite sur son blog, c’est tout juste s’il a pris la peine de vérifier s’il y avait du courrier et de payer la facture d’électricité. Les plus férus de ses aficionados commençaient d’ailleurs à s’inquiéter. Le Grand Maître de la Cause avait-il abdiqué, avait-il capitulé face au smiley et au mauvais goût ? Ils avaient peine à y croire, car le Grand Maître de la Cause n’abandonne jamais et la lutte contre l’inélégance lexicale est le combat de sa vie. Mais alors, quelle pouvait être la raison d’un si long silence ? Au nom de quel motif d’importance extrême s’était-il résolu à laisser fermées les portes de la Cause pendant quinze jours, laissant en proie au « lol » et aux salves de points d’exclamation les dizaines de milliers de ses avides lecteurs ?

Cessez-de vous creuser la tête, le Grand Maître de la Cause, d’humeur guillerette en cette période de rentrée des classes, vous offre la réponse toute cuite : comme tous les grands de ce monde (et le Maître de la Cause est un grand de ce monde puisqu’on l’appelle « Grand » Maître de la Cause), l’honorable patron de notre vénérable Association s’est payé les services d’un conseiller en communication. Il va sans dire qu’il se paye les services d’un conseiller en communication en piochant dans le maigre budget de la Cause et non pas sur ses deniers personnels, qu’il garde précieusement pour d’autres occupations bien plus affriolantes, comme partir à la découverte de cultures étrangères sur le bas côté de routes départementales, comme quoi, malgré ses prestigieuses fonctions, le Grand Maître de la Cause a encore une morale.

Un conseiller en communication donc. Mais pour quoi faire ? Et en quoi cela explique-t-il cette déraisonnable quiétude de la Cause pendant 336 longues heures (l’impression de longueur est renforcée quand on exprime cette durée en minutes, mais je ne voudrais pas passer pour fainéant) ? Et comment expliquer que l’introduction d’un conseiller en communication dans le giron du Grand Maître de la Cause aboutisse à une diminution de ses communications ?

(more…)

Dans : Les aventures du Grand Maître de la Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 5 septembre, 2010
A 18:10
Commentaires :1
 
 
  • Accueil
  • > Les aventures du Grand Maître de la Cause

Le Grand Maître de la Cause s’est inscrit sur Facebook

Les blogs, les forums Internet, la télévision, les journaux, la publicité, les conversations de tous les jours : le champ d’intervention de la Cause pour l’Elégance, le Bon Goût et la Correction Orthographique, Lexicale et Grammaticale portée à bout de bras par son infatigable Grand Maître est déjà vaste. Parfois, il s’apparente même à un champ de mines, et ledit Grand Maître doit zigzaguer entre les « lol », sautiller au dessus des smileys, esquiver les salves de points d’exclamation et faire des triples saltos arrière pour éviter toutes les protubérances du langage texto. Cela lui demande beaucoup d’entrainement, une condition physique à toute épreuve et une dextérité à faire pâlir d’envie un marionnettiste.

Mais lui qui croyait avoir tout vu, tout entendu, tout touché, tout senti, tout goûté et qui avait même parlé aux morts, il s’est trouvé qu’un domaine lui demeurait inconnu, et il lui est apparu que la Cause ne pouvait pas ne pas y intervenir. En enlevant la double négation, ça fait qu’on s’est senti un peu obligés, moi et tous mes camarades membres de la Cause, d’aller y mettre notre grain de sel. Je veux bien sûr parler de ce site communautaire mondial, Facebook, qui rassemble toute la jeunesse de cette planète, soit environ 500 millions de têtes de pipe. Il était évident que sur ce site devaient germer et proliférer comme des champignons dans une chaussette sale oubliée sous un lit le mauvais goût, l’inélégance, l’indélicatesse et, en gros, tout ce qu’on n’aime pas parmi les hommes de bon goût qui composent notre noble Institution.

Le Grand Maître se devait d’aller rétablir l’ordre séance tenante dans cette antichambre de l’enfer, et il s’est donc empressé d’aller créer un profil Facebook à son nom. Enfin, pas véritablement à son nom. Vous savez tous comme le Grand Maître de la Cause est détesté dans le milieu d’Internet, et redouté par tous ces individus, utilisateurs forcenés des simplifications lexicales et grammaticales. Le Grand Maître de la Cause débarquant sur Facebook, ce serait un peu comme si un requin débarquait dans un bocal de poissons rouges. Il fallait donc la jouer fine, et, tout comme le requin ce serait peint en rouge pour se fondre dans la masse avant de croquer toute la poiscaille une à une, le Grand Maître de la Cause s’est teint en jeune, il n’a pas utilisé le nom, trop connu et reconnu de « Grand Maître de la Cause », mais un pseudonyme qu’il ne vous dévoilera pas car alors ce serait tout son stratagème qui tomberait à l’eau, au milieu des poissons rouges.

(more…)

Dans : Les aventures du Grand Maître de la Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 29 juillet, 2010
A 15:29
Commentaires : 16
 
 
  • Accueil
  • > Les aventures du Grand Maître de la Cause

Veille télé, Partie II : Le Grand Maître de la Cause se paye Jonathan « la gigue » et Sam de Paname « le bourricot »

Chers lecteurs,

Après vous avoir quitté subitement, et un brin ulcéré, hier soir, je vous retrouve aujourd’hui frais comme un gardon et ragaillardi pour terminer le compte rendu édifiant de cette émission consternante diffusée cette fin de semaine sur NRJ12 : « Prêt à tout pour devenir célèbre ». Nous avons survécu à la présentation de Bébert le cochon-boucher et de Jessica la bimbo-décérébrée, il n’y a donc aucune raison que nous succombions au récit des aventures de Jonathan et de Sam de Paname. Mais méfions-nous tout de même, nous ne sommes pas à l’abri d’une mauvaise surprise.

Nous avions terminé hier par mon souhait de distribuer des baffes à ces individus qui, de toute évidence, n’en ont pas reçu assez étant petits, mais les héros du jour ne rentrent à mon avis pas non plus dans les quotas, et nous allons avoir maintes occasions de nous chauffer les mains aujourd’hui également.

(more…)

Dans : Ennemis de la Cause,Hors de Cause,Les aventures du Grand Maître de la Cause,On en a causé à  la télé
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 27 juillet, 2010
A 17:04
Commentaires : 6
 
 
  • Accueil
  • > Les aventures du Grand Maître de la Cause

Veille télé, Partie I : Il y a du pain sur la planche, et des tartes qui se perdent

La lutte pour le bon goût et l’élégance est un combat qui ne connait pas de jour de repos, contrairement à ces fainéants du Tour de France, qui passent deux jours sans pédaler sur trois semaines, ce que je ne peux bien évidemment pas me permettre. Imaginez le scandale si je m’accordais une journée de relâche, sans veiller constamment sur l’état de la langue française, et que pile à ce moment là, une nouvelle offensive du smiley ou du langage texto se manifestait : on me le reprocherait jusqu’à la fin de mes jours, et à juste titre, puisque sur mes frêles épaules reposerait alors le poids de cette erreur qui ne manquerait pas d’entrainer le monde dans les tréfonds de l’ineptie verbale et de la simplification grammaticale, ce qui ne risque pas de m’arriver, la preuve, je ne me rappelle même plus quand est-ce que j’ai commencé cette phrase.

Toujours est-il que, ne connaissant pas de vacances, le Grand Maître de la Cause a entrepris hier d’effectuer une petite séance de veille télévisuelle… Je voulais m’avachir et buller dans mon canapé quoi. Au début, j’avais commencé par m’endormir devant le Tour de France, mais ma conscience professionnelle me rattrapant juste avant que je ne sombre dans le Royaume de Morphée, je me suis décidé à zapper mollement, en écoutant d’une oreille distraite. C’est alors que je suis tombé sur un programme qui n’a pas manqué d’attirer mon attention, sur la chaine NRJ12, car, en tant qu’homme moderne, je suis équipé de la TNT. Ce programme, intitulé « Prêt à tout pour devenir célèbre », dressait le portrait de quatre énergumènes qu’il ne serait pas abusif de qualifier à la fois d’égoïstes, d’égotiques et d’égocentriques dont l’unique but dans l’existence était de parvenir à la célébrité.

Rien que d’évoquer cette émission, j’en ai des larmes de rire qui me coulent sur la joue gauche et des larmes de tristesse sur la joue droite. L’exhibitionnisme patent et l’absence de tout sens de la mesure et de la retenue de ces quatre hurluberlus atteignaient un niveau de ridicule qui en devenait presque gênant pour le téléspectateur lambda que j’avais la prétention d’être. Entre Jonathan (prononcez Jonathane), Sam (autosurnommé Sam de Paname), Jessica et Bébert, on peut dire qu’il n’y en avait pas un pour rattraper les autres.

(more…)

Dans : Ennemis de la Cause,Hors de Cause,Les aventures du Grand Maître de la Cause,On en a causé à  la télé
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 26 juillet, 2010
A 18:32
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Les aventures du Grand Maître de la Cause

Le Grand Maître de la Cause vous propose une petite leçon de macroéconomie conjuguée à un cours de cuisine

Ne soyez pas surpris, c’est bien un article du Grand Maître de la Cause que vous êtes en train de lire. Pourquoi seriez-vous surpris d’ailleurs? Que le Grand Maître de la Cause écrive un article sur le blog de la Cause, quoi de plus normal?

Seulement, cela commençait à faire un petit bout de temps que, justement, le Grand Maître de la Cause n’avait plus écrit d’article sur le blog de la Cause, poussant l’exercice jusqu’à inverser la norme : désormais, il était plutôt d’usage que le Grand Maître de la Cause n’écrive pas d’article que l’inverse. Le comble pour un forçat du travail comme moi, un acharné du labeur, un dur à cuire quoi, pour la faire courte.

Mais pourquoi une si longue durée d’absence? Pourquoi laisser courir sur la Toile des rumeurs toutes plus affolantes les unes que les autres laissant entendre qui que le Grand Maître de la Cause, grâce au pognon qu’il avait pu amasser par ses trois mois d’existence médiatique à travers son blog avait tout transféré sur un compte au Liechtenstein avant d’aller s’acheter une île aux Seychelles, qui que bouffi d’orgueil et d’égocentricité, le succès lui étant monté à la tête, le Grand Maître de la Cause était mort d’overdose lors de bacchanales où les hommes s’abandonnaient; on l’aurait retrouvé nu dans une baignoire crasseuse. Mais de tout cela il n’est rien, le Grand Maître de la Cause dément fermement toutes ces élucubrations en notant au passage qu’elles avaient toutes pour point de départ le succès grandissant rencontré par son Association. C’était le seul élément contenant un soupçon de vérité parmi tous ces mensonges.

Mais maintenant que le Grand Maître revient, il ne se dérobera pas, et il vous fournira toutes les explications à son absence prolongée, sans mensonge, sans esbroufe, car il vous doit la vérité, comme dirait Jean Sarkozy.

(more…)

Dans : Actualité du blog de la Cause,Les aventures du Grand Maître de la Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 9 juillet, 2010
A 11:05
Commentaires :1
 
 
  • Accueil
  • > Les aventures du Grand Maître de la Cause

Le Grand Maître de la Cause enrichit son capital culturel

Tout le monde ne le sait peut-être pas, mais la semaine dernière, le Grand Maître de la Cause se trouvait à Paris. Il a marché sur les Champs-Elysées en chantant « Je m’voyais déjà ». Accessoirement, il s’est élancé du premier étage de la Tour Eiffel en patins à roulettes sans entrainement préalable et, fatalement, il s’est brisé le col du fémur, d’autant que quand il s’y est employé, la rampe bien pratique qu’il avait vue à la télé avait été démontée. Ensuite, il s‘est perdu dans le métropolitain, ce qui lui a donné l’occasion de s’imbiber de la délicieuse odeur de chien mouillé, de frites, de transpiration et de remugles non identifiés qui s’en dégage. Puis il s’est confortablement installé dans son hôtel paradisiaque, situé au cœur d’un nœud routier fort bruyant, mais bon, sa chambre était tout équipée, baignoire, télé, et wifi, alors il ne se plaint pas, d’autant plus que ce n’est pas lui qui payait.

Et un soir, prenant son courage à deux mains, bravant la nuit et la froideur du soir, il s’est décidé à quitter le confort de son hôtel le temps d’une soirée pour profiter de l’intense vie culturelle parisienne et assister à une pièce de théâtre. Le Grand Maître de la Cause aime l’élégance, ce n’est un secret pour personne, il aime le bon goût, tout le monde le sait, et c’est donc tout naturellement qu’il est allé voir une pièce sobrement et délicatement intitulée « Les Glandeurs natures – Travailler moins pour glander plus ». Le Grand Maître de la Cause pour l’Elégance, le Bon Goût et la Correction Orthographique, Lexicale et Grammaticale que je suis ne pouvait, comme vous vous l’imaginez, qu’être sceptique sur l’aptitude qu’allait avoir la pièce à lui plaire.

Pourtant, force lui est de reconnaitre qu’il s’est poilé comme un bossu. Cette petite pièce d’une heure était très sympathique, les trois acteurs, que nous pouvons citer pour rendre hommage à leur énergie débordante, Rodolphe Le Corre, Mohamed Bounouara et Franck Migeon, n’avaient même pas l’air fatigués de jouer trois abrutis qui cherchent désespérément à continuer à buller mais, malheureusement pour eux, l’ANPE leur trouve immédiatement un travail dès lors qu’ils ont réussi à se faire virer de leur emploi précédent. Le texte de cette pièce était très drôle, et de nombreux jeux de mots plutôt subtils et bien placés émaillaient cette prestation. Rendons-donc hommage à cette pièce amusante, durant laquelle on se marre bien, et c’est bien pour ça qu’on était venu. Maintenant que cette question est réglée et évacuée, bravo les gars, nous pouvons aborder une toute autre chose, mais qui reste intimement liée à ma présence à ce spectacle.

(more…)

Dans : Actualité du blog de la Cause,Ennemis de la Cause,Les aventures du Grand Maître de la Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 16 juin, 2010
A 13:58
Commentaires :1
 
 
 

Aux petites mains. |
sabou28 |
PLAYERS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | quad montbrisonnais
| Troupe de théâtre amateur H...
| une vie de bouille...