La Cause pour l’Elégance, le Bon Goût et la Correction Orthographique, Lexicale et Grammaticale

Ici, pas de smileys, pas de lol ni de points d’exclamation successifs, mais de l’élégance, du bon goût et de la correction pour s’exprimer. Et un rude combat à mener contre la déferlante de la vulgarité. Rejoignez-nous!

 

Faut-il supprimer les notes à l’école ?

Les enfants,

Cela fait une semaine que je n’ai pas endossé mon cartable à roulettes ; une semaine sans chausser mes mocassins et mes socquettes, sans porter mon short de velours et mes petites bretelles ; une semaine loin de la sonnerie de la fin de la récréation et sans bagarre parce que c’est lui qu’a commencé à me piquer mes billes. Bref, vous l’avez compris, je me suis accordé, comme cela, une petite semaine bien méritée de vacances.

Or, les enfants, et même si vous n’êtes pas des enfants vous avez le droit de rester, vous ne devinerez jamais ce que j’ai appris de retour chez moi, les sandales encore pleines de sables et les cheveux plein de sel. J’apprends qu’on veut changer mon école. L’école qui m’a fait tel que je suis, qui vous a fait tel que vous êtes ou qui vous fera tel que vous serez, encore que sur ce dernier point, je ne puis l’affirmer avec certitude.

Une telle nouvelle justifiait pleinement que j’interrompe mes congés, que je saisisse de la main gauche mon stylo à bille qui ne bave pas et de la main droite une feuille perforée à grands carreaux et interlignes, pour écrire, en exclusivité pour le blog de la Cause pour l’Elégance, le Bon Goût et la Correction Orthographique, Lexicale et Grammaticale dont je suis le professeur agrégé, ma dernière rédaction sur le sujet en question. Oui, je suis gaucher. C’est pour cela qu’il me faut un stylo qui ne bave pas.

Bulletin du Grand Maître de la Cause

(more…)

Dans : Hors de Cause,Revue de presse
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 19 novembre, 2010
A 10:13
Commentaires : 5
 
 

« Touche pas à mon poste », donc France 4, donc Cyril Hanouna : Ennemis de la Cause

Depuis sa création, la Cause a fait en de maintes occasions la démonstration de son utilité sociale, sanitaire et lexicale. Combien de personnes laissées hagardes sur le bas côté du chemin emprunté par le mauvais goût de secourues ? Combien d’utilisations intempestives de smiley d’évitées ? Combien d’économies de points d’exclamation de réalisées ? Ces données sont incommensurables. Et l’INSEE, que nous avions mis sur le coup, a renoncé à nous livrer ces statistiques en nous faisant comprendre qu’il y en avait plus que de décimales dans le nombre Pi, ce qui nous a semblé honorable pour un début.

On peut donc dire sans passer pour prétentieux qu’aujourd’hui, la Cause est à l’élégance verbale ce que le défibrillateur est à la victime d’arrêt cardiaque : un outil indispensable qui mériterait d’être installé dans tous les lieux publics et dont l’usage devrait être enseigné à la population entière.

Vous allez vous dire, voire, si vous êtes téméraire, vous allez me dire que je m’acharne, mais il me semble que le premier lieu à équiper de l’appareillage anti-mauvais goût certifié et labélisé par la CEBGCOLG devrait être la télévision. De deux choses l’une : ou bien la télévision est un concentré de vulgarité et d’inélégance verbale et lexicale, ou bien, à chaque fois que je la regarde, j’ai le malheur de tomber sur des émissions à la qualité en la matière plus que discutable. Une analyse rapide des choses me laisserait penser que, à mon grand désarroi, la vérité se trouve plutôt dans la première de ces hypothèses.

(more…)

Dans : Ennemis de la Cause,Hors de Cause,On en a causé à  la télé
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 3 novembre, 2010
A 17:31
Commentaires : 0
 
 

Le plus grand smiley du monde

Vous connaissez certainement l’histoire de ce matelot sur son voilier qui navigue sur l’océan Pacifique, ou sur l’océan Atlantique si vous préférez, cela n’a aucune importance. Et le matelot voit l’horizon au loin, il sent qu’il s’en approche, que le vent le porte vers cette ligne qui se dessine tout au bout, à une distance indéterminée. Mais voilà, à mesure qu’il s’en approche, l’horizon s’éloigne, et le matelot devient las, désabusé, vidé, fatigué.

Aujourd’hui, le matelot, ou, pour se rapprocher de la vérité, le capitaine de navire, c’est moi – j’avais pris l’image du matelot pour vous attendrir – et l’horizon, comme vous vous en doutez, c’est l’élégance, l’élégance dans sa complétude, l’élégance dans sa quintessence qui, tel l’oiseau insaisissable, l’horizon inatteignable, s’éloigne alors qu’on s’en approche.

En effet, alors que je croyais bien naïvement que nos actions commençaient à porter leurs fruits, que nous étions parvenus à contenir la vague du smiley, que le mauvais goût reculait peu à peu, vous imaginez bien que c’est avec stupeur que j’ai découvert la dernière prouesse de toute cette maudite clique pour faire s’écrouler mon fragile édifice : la formation du plus grand smiley au monde. J’ai failli en rester sans voix. Mais j’ai rapidement repris le dessus pour taper du poing sur la table et dénoncer cette initiative saugrenue.

(more…)

Dans : Argumentaires de la Cause,Contre le smiley,Hors de Cause,Revue de presse
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 22 octobre, 2010
A 15:06
Commentaires : 4
 
 

Les Guignols de l’Info soutiennent l’action de la Cause!

Je ne vous le répèterai jamais assez, la cause de l’élégance et du bon goût et, de manière générale, la sauvegarde de la langue française sont des combats dont l’ampleur n’a d’égal que l’urgence de la situation. Mais le Grand Maître de la Cause que je suis et que je persiste à être malgré la complexité de la tâche se sent parfois bien seul devant cette ampleur dont je parlais il y a quelques lignes, qui n’est pas une petite ampleur, mais déjà une ampleur relativement considérable, c’est vous dire l’urgence de la situation, mais je ne voudrai pas donner l’impression que je me répète.

Heureusement, dans cette lutte sans relâche et sans pitié, et malgré la solitude qui m’accable de manière bien incompréhensible, je sais pouvoir compter sur l’indéfectible soutien de quelques acolytes prêts, tout comme moi, à consentir à un grand nombre de sacrifices pour terrasser le mauvais goût lexical et l’indélicatesse verbale. Ces soutiens, de quelque nature qu’ils soient, sont autant d’oasis de répit et de havres de paix auprès desquels je trouve matière à me ressourcer.

Or, depuis peu, un nouvel espace de bon goût a osé sortir du bois pour affirmer haut et fort son soutien, pour ne pas dire son affiliation, à la Cause pour l’Elégance, le Bon Goût et la Correction Orthographique, Lexicale et Grammaticale, il s’agit, aussi étonnant que cela puisse paraitre, d’une émission de télévision, et, pour ne pas faire durer plus longtemps cet insoutenable suspense, je vous en donne le nom : il s’agit des Guignols de l’Info.

(more…)

Dans : Alliés de la Cause,Hors de Cause,On en a causé à  la télé
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 25 septembre, 2010
A 18:08
Commentaires : 0
 
 

La Cause aime la photographie, mais pas les clichés

On pourrait pensait que la CEBGCOLG est plutôt copine avec ce qu’on appelle communément la « presse » ou les « médias ». Il est vrai qu’on aperçoit rarement de smileys dans les colonnes du Monde, que Libération émaille avec parcimonie ses articles de points d’exclamation successifs et que, aussi étonnant que cela puisse paraitre, le Figaro n’est pas coutumier de l’emploi du « lol », pourtant, Dieu sait si ce journal nous fait marrer. Autant d’éléments à porter au bénéfice de ces journaux qui pourraient faire croire aux béotiens et aux sapajous que la presse s’exprime correctement et qu’elle participe du raffinement dans la langue française.

C’est à ce moment que le Grand Maître de la Cause intervient, comme d’habitude mais sans lassitude, pour rappeler à la raison toutes ces âmes esseulées, tellement désemparées qu’elles en viendraient à croire que Libération ou le Figaro puissent être des bastions de l’élégance verbale. Bien entendu, ce n’est pas le cas. S’il suffisait de ne pas utiliser de smileys ou de « lol » pour pouvoir prétendre faire partie du cercle fermé des hommes de bon goût, j’aime autant vous dire que le cercle en question serait, pour le coup, beaucoup moins fermé. Et puis il faut rappeler qu’en général, le contenu des journaux est rédigé (et j’emploie le terme « rédigé » avec tous les guillemets qui s’imposent) par des journalistes, c’est-à-dire des types payés à la ligne ou au nombre de signes qui cherchent plus à remplir les trous entre les publicités de leurs baveux qu’à en relever le niveau.

Conscient de leurs méthodes de travail en tous points différentes des siennes (puisque je m’autorise à prendre le temps qu’il faut pour écrire des articles fouillés et de qualité), le Grand Maître de la Cause s’est toujours méfié des journalistes. Aussi, pour résoudre définitivement la question du bon goût des journalistes, il a étudié avec intérêt une enquête statistique publiée récemment sur les clichés dans la presse. Certes, cette enquête a été menée par des journalistes, mais entre des journalistes fiers de l’être et des journalistes crachant sur leurs confrères journalistes, il est nul besoin de préciser auxquels va ma préférence.

(more…)

Dans : Ennemis de la Cause,Hors de Cause,Revue de presse
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 8 septembre, 2010
A 18:29
Commentaires : 2
 
 

Veille télé, Partie II : Le Grand Maître de la Cause se paye Jonathan « la gigue » et Sam de Paname « le bourricot »

Chers lecteurs,

Après vous avoir quitté subitement, et un brin ulcéré, hier soir, je vous retrouve aujourd’hui frais comme un gardon et ragaillardi pour terminer le compte rendu édifiant de cette émission consternante diffusée cette fin de semaine sur NRJ12 : « Prêt à tout pour devenir célèbre ». Nous avons survécu à la présentation de Bébert le cochon-boucher et de Jessica la bimbo-décérébrée, il n’y a donc aucune raison que nous succombions au récit des aventures de Jonathan et de Sam de Paname. Mais méfions-nous tout de même, nous ne sommes pas à l’abri d’une mauvaise surprise.

Nous avions terminé hier par mon souhait de distribuer des baffes à ces individus qui, de toute évidence, n’en ont pas reçu assez étant petits, mais les héros du jour ne rentrent à mon avis pas non plus dans les quotas, et nous allons avoir maintes occasions de nous chauffer les mains aujourd’hui également.

(more…)

Dans : Ennemis de la Cause,Hors de Cause,Les aventures du Grand Maître de la Cause,On en a causé à  la télé
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 27 juillet, 2010
A 17:04
Commentaires : 6
 
 

Veille télé, Partie I : Il y a du pain sur la planche, et des tartes qui se perdent

La lutte pour le bon goût et l’élégance est un combat qui ne connait pas de jour de repos, contrairement à ces fainéants du Tour de France, qui passent deux jours sans pédaler sur trois semaines, ce que je ne peux bien évidemment pas me permettre. Imaginez le scandale si je m’accordais une journée de relâche, sans veiller constamment sur l’état de la langue française, et que pile à ce moment là, une nouvelle offensive du smiley ou du langage texto se manifestait : on me le reprocherait jusqu’à la fin de mes jours, et à juste titre, puisque sur mes frêles épaules reposerait alors le poids de cette erreur qui ne manquerait pas d’entrainer le monde dans les tréfonds de l’ineptie verbale et de la simplification grammaticale, ce qui ne risque pas de m’arriver, la preuve, je ne me rappelle même plus quand est-ce que j’ai commencé cette phrase.

Toujours est-il que, ne connaissant pas de vacances, le Grand Maître de la Cause a entrepris hier d’effectuer une petite séance de veille télévisuelle… Je voulais m’avachir et buller dans mon canapé quoi. Au début, j’avais commencé par m’endormir devant le Tour de France, mais ma conscience professionnelle me rattrapant juste avant que je ne sombre dans le Royaume de Morphée, je me suis décidé à zapper mollement, en écoutant d’une oreille distraite. C’est alors que je suis tombé sur un programme qui n’a pas manqué d’attirer mon attention, sur la chaine NRJ12, car, en tant qu’homme moderne, je suis équipé de la TNT. Ce programme, intitulé « Prêt à tout pour devenir célèbre », dressait le portrait de quatre énergumènes qu’il ne serait pas abusif de qualifier à la fois d’égoïstes, d’égotiques et d’égocentriques dont l’unique but dans l’existence était de parvenir à la célébrité.

Rien que d’évoquer cette émission, j’en ai des larmes de rire qui me coulent sur la joue gauche et des larmes de tristesse sur la joue droite. L’exhibitionnisme patent et l’absence de tout sens de la mesure et de la retenue de ces quatre hurluberlus atteignaient un niveau de ridicule qui en devenait presque gênant pour le téléspectateur lambda que j’avais la prétention d’être. Entre Jonathan (prononcez Jonathane), Sam (autosurnommé Sam de Paname), Jessica et Bébert, on peut dire qu’il n’y en avait pas un pour rattraper les autres.

(more…)

Dans : Ennemis de la Cause,Hors de Cause,Les aventures du Grand Maître de la Cause,On en a causé à  la télé
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 26 juillet, 2010
A 18:32
Commentaires : 0
 
 

Est-il correct de dire : « Va te faire enculer, sale fils de pute ! » ?

D’ordinaire, le Grand Maître de la Cause ne goûte pas vraiment le vocabulaire sportif qu’il juge stéréotypé, creux et lourd, loin de la délicatesse et de la légèreté qu’il aime entendre quand on s’exprime dans cette si gracieuse langue qu’est le français. Entendre onze rigolos en culotte courte déclarer dans un français approximatif après une partie de ballon que « l’important, c’est les trois points », ou assister au spectacle affligeant d’un vieux en survêtement ou en costume La Redoute qui assène sûr de lui, muni de son plus beau et de son plus agaçant accent du sud que « je crois que ce soir, surtout, on a manqué de réussite face au but » sont des moments dont le Grand Maître de la Cause pour l’Elégance, le Bon Goût et la Correction Orthographique, Lexicale et Grammaticale se passe très bien.

Alors bien sûr, en tant que Grand Maître de la Cause, et en ces temps de Coupe du Monde, qui, soit dit en passant, est une manifestation qui aurait plutôt tendance à me séduire, je ne m’attendais pas à autre chose qu’à devoir subir à longueur de journée ces discours pompeux et ampoulés des footballeurs de toute la planète. Je m’étais préparé à manger du « c’est vrai que je crois que j’ai marqué un but, mais ce soir, je crois que c’est avant toutes choses la victoire du collectif. », car le footballeur, de manière générale, ne pense pas, il croit, comme un vulgaire crapaud.

Pareillement, des déclarations d’après-match reprises dans tous les médias et des commentaires de journalistes sportifs (qui, d’après mon enquête, n’ont de « sportifs » que le nom vu leur gabarit) du genre « il s’agit d’un match piégeux au cours duquel la défense sera mise à contribution » ou « l’action qui amène le pénalty est plus que discutable » voire, s’ils se trouvaient en forme, un concert indigné journalistes-footballeurs pour « n’avoir pas peur de dire » que « y’a main dans la surface, donc y’a péno, et si y’avait l’arbitrage vidéo ce serait quand même plus simple » ne m’auraient pas surpris. Mais je dois reconnaitre, en toute humilité, que jamais – au grand jamais – je n’aurais imaginé, même dans mes rêves les plus fous, qu’un footballeur ose sortir des discours convenus pour déclarer « Va te faire enculer, sale fils de pute ! ».

(more…)

Dans : Argumentaires de la Cause,Hors de Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 19 juin, 2010
A 17:10
Commentaires : 5
 
 
 

Aux petites mains. |
sabou28 |
PLAYERS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | quad montbrisonnais
| Troupe de théâtre amateur H...
| une vie de bouille...