La Cause pour l’Elégance, le Bon Goût et la Correction Orthographique, Lexicale et Grammaticale

Ici, pas de smileys, pas de lol ni de points d’exclamation successifs, mais de l’élégance, du bon goût et de la correction pour s’exprimer. Et un rude combat à mener contre la déferlante de la vulgarité. Rejoignez-nous!

 

Le smiley moustachu :-{)

La Cause pour l’Elégance, le Bon Goût et la Correction Orthographique, Lexicale et Grammaticale a démontré à plus d’une reprise, ce qui fait au moins deux reprises, qu’elle était non seulement à l’écoute de ses lecteurs, mais aussi à leur service. D’argumentaires mordants contre les crimes rédactionnels et les inepties linguistiques à de truculentes digressions sur des sujets tout aussi divers que variés – ce qui est le propre des digressions – le Grand Maître de la Cause, qui est, en quelques sortes, le Gentil Organisateur de notre Institution séculaire, a de nombreuses fois donné l’illustration de ce qu’il entendait par générosité et proximité avec le lecteur, et, aujourd’hui encore, il ne compte pas faillir à cette réputation.

En effet, nous avons bien conscience, parfois, d’en demander beaucoup à nos camarades et compagnons de route hommes de bon goût. Nous considérons parfois un peu vite que tout le monde a notre niveau de compétence et de pratique pour mener à bien nos actions ce qui n’est, bien évidemment, pas le cas. Mais nous ne vous en tenons en rien rigueur, l’excellence ne se décrète pas d’un claquement de doigts. Par exemple nous savons bien qu’il n’y a rien d’évident dans le dépistage et la traque du smiley, surtout que celui-ci peut avoir de multiples aspects.

Aussi, nous avons décidé d’accompagner les internautes dans leur recherche de smileys et de partager avec eux notre expérience en la matière, afin qu’ils sachent non seulement les repérer dans un contexte hostile, mais également les appréhender, et, enfin, qu’ils acquièrent les meilleures techniques de destruction. Nous allons donc étudier, un à un, le cas de chaque smiley, pour finir par lui faire la peau. Cet inventaire sera répertorié dans la catégorie spécialement créée à cet effet « Le village des smileys », car, finalement, nous sommes un peu aux smileys ce que Gargamel est aux Schtroumpfs, sauf que nous sommes mieux habillés que Gargamel, et que les smileys ne sont pas bleus.

Nous avons décidé de débuter cet inventaire par le représentatif et ô combien nocif smiley moustachu, dont voici le signalement enregistré dans le fichier de la Cause. Ce fichier n’a pas été visé par la CNIL car, si nous sommes un site Internet d’influence, nos moyens restent limités, et nous n’avons pas le budget suffisant pour enregistrer nos données sur un autre support que de vieilles fiches bristol que nous tapons à la machine à écrire.

fichesmileymoustachu.bmp

Le smiley moustachu, sous les airs nobles et respectables qu’impose le port d’une moustache travaillée au poil n’en est pas moins sournois et pernicieux. Je vous exhorte donc à vous en méfier comme un adolescent se méfie d’un dictionnaire, car ce smiley, tout moustachu qu’il soit, n’en reste pas moins un smiley, c’est-à-dire un objet inutile qui surcharge un texte de manière inappropriée.

Si on se remémore la raison d’être d’un smiley, on se rend compte qu’il a pour vocation de transmettre dans un texte des émotions et un ton qui transparaitraient à l’oral mais qu’il est difficile de faire ressortir à l’écrit. Telle est la genèse du smiley. L’argument supposé imparable, le coup de massue. Vous vous doutez bien que nous nous en gaussons.

Car alors, si nous admettions ce point de vue, j’ose poser la question : quel sentiment est sensé faire passer le smiley moustachu ? Le port de la moustache est-il un état d’esprit impossible à faire apparaitre à l’écrit autrement que par un smiley? Arrive-t-il si souvent, dans une conversation orale, de se laisser pousser la moustache de telle sorte qu’on ait jugé utile d’en faire un smiley ?

Mettons nous en situation, et invoquons deux cobayes parmi mes préférés. A ma gauche, une adolescente névrosée, à ma droite, une adolescente écervelée :

- G vu Julien auj. Jsui trop happy !!! lol bizou.
- :-{)

Que doit répondre notre amie névrosée à sa copine écervelée? « Non, non, il est imberbe. », « Putain, je te parle amour et tu me réponds épilation ! » ou « Fais gaffe, y a ton père derrière toi. » ? Encore une fois, nous voyons toutes les ambiguïtés et tous les quiproquos introduits par une utilisation intempestive des smileys, de surcroit quand ceux-ci sont saugrenus, c’est-à-dire moustachus.

Imaginons un échange de mails entre deux collègues de travail qui n’ont pas fini leur croissance, boivent encore du Yop, et aiment à croire qu’ils sont jeunes en utilisant des smileys :

- J’ai vu le patron ce matin, il tirait la gueule !!!!
- :-{(

Là encore, comment réagir ? « Oui, je sais, j’ai pas eu le temps de me raser ce matin. », « Non, il avait des lunettes. », ou « Pourquoi tu me parles de l’épilation de ta femme ? »

De ces exemples issus d’un travail sérieux d’imprégnation et d’observation des tribus les plus arriérées de notre société – dont nous rendrons compte en détail dans un livre intitulé « Les structures élémentaires de la messagerie instantanée – Anthropologie émoticônale » – nous pouvons confirmer que les smileys ne servent à rien et sont nuisibles, mais en sus que le smiley moustachu est particulièrement inutile et néfaste. Les exemples évoqués parlent d’eux-mêmes.

Sans compter qu’il est particulièrement délicat d’introduire dans une conversation un smiley moustachu. En effet, si on est moustachu, cela se remarque, tout le monde le sait, et il n’est pas forcément nécessaire de le rappeler par un smiley, et si on n’est pas moustachu, alors nous n’avons aucune raison d’utiliser un smiley moustachu. Validation est donc faite de son inanité.

Vous voilà maintenant informé sur l’apparence du smiley moustachu, et armé pour le combattre et l’éradiquer de nos conversations. Enfin, pas des nôtres, plutôt des vôtres, ou disons des leurs. Pour l’éliminer, un rasoir peut s’avérer efficace mais risque simplement de transformer votre smiley moustachu en smiley normal, ce qui n’est guère mieux. Je vous conseille donc plutôt de lui réserver le châtiment ultime de la Cause : une partie de « Je te tiens, tu me tiens par la barbichette » avec le Grand Maître de la Cause. Or le smiley moustachu, par définition, n’a pas de barbichette, il ne pourra donc que ressortir perdant et honteux de ce duel.

Dans : Le village des smileys
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 9 décembre, 2010
A 15:14
Commentaires : 0
 

Répondre

 
 

Aux petites mains. |
sabou28 |
PLAYERS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | quad montbrisonnais
| Troupe de théâtre amateur H...
| une vie de bouille...