La Cause pour l’Elégance, le Bon Goût et la Correction Orthographique, Lexicale et Grammaticale

Ici, pas de smileys, pas de lol ni de points d’exclamation successifs, mais de l’élégance, du bon goût et de la correction pour s’exprimer. Et un rude combat à mener contre la déferlante de la vulgarité. Rejoignez-nous!

 

Est-il correct de dire : « Va te faire enculer, sale fils de pute ! » ?

D’ordinaire, le Grand Maître de la Cause ne goûte pas vraiment le vocabulaire sportif qu’il juge stéréotypé, creux et lourd, loin de la délicatesse et de la légèreté qu’il aime entendre quand on s’exprime dans cette si gracieuse langue qu’est le français. Entendre onze rigolos en culotte courte déclarer dans un français approximatif après une partie de ballon que « l’important, c’est les trois points », ou assister au spectacle affligeant d’un vieux en survêtement ou en costume La Redoute qui assène sûr de lui, muni de son plus beau et de son plus agaçant accent du sud que « je crois que ce soir, surtout, on a manqué de réussite face au but » sont des moments dont le Grand Maître de la Cause pour l’Elégance, le Bon Goût et la Correction Orthographique, Lexicale et Grammaticale se passe très bien.

Alors bien sûr, en tant que Grand Maître de la Cause, et en ces temps de Coupe du Monde, qui, soit dit en passant, est une manifestation qui aurait plutôt tendance à me séduire, je ne m’attendais pas à autre chose qu’à devoir subir à longueur de journée ces discours pompeux et ampoulés des footballeurs de toute la planète. Je m’étais préparé à manger du « c’est vrai que je crois que j’ai marqué un but, mais ce soir, je crois que c’est avant toutes choses la victoire du collectif. », car le footballeur, de manière générale, ne pense pas, il croit, comme un vulgaire crapaud.

Pareillement, des déclarations d’après-match reprises dans tous les médias et des commentaires de journalistes sportifs (qui, d’après mon enquête, n’ont de « sportifs » que le nom vu leur gabarit) du genre « il s’agit d’un match piégeux au cours duquel la défense sera mise à contribution » ou « l’action qui amène le pénalty est plus que discutable » voire, s’ils se trouvaient en forme, un concert indigné journalistes-footballeurs pour « n’avoir pas peur de dire » que « y’a main dans la surface, donc y’a péno, et si y’avait l’arbitrage vidéo ce serait quand même plus simple » ne m’auraient pas surpris. Mais je dois reconnaitre, en toute humilité, que jamais – au grand jamais – je n’aurais imaginé, même dans mes rêves les plus fous, qu’un footballeur ose sortir des discours convenus pour déclarer « Va te faire enculer, sale fils de pute ! ».

Quelle fougue ! Quel panache ! Il y avait longtemps qu’une déclaration de sportif n’avait pas autant déchaîné les passions. Après le coup de boule de Zinedine Zidane en 2006, le « Va te faire enculer, sale fils de pute ! » de Nicolas Anelka restera comme l’évènement marquant de cette Coupe du Monde de Football 2010, quoiqu’il arrive après.

Mais autant la CEBGCOLG n’avait pas son mot à dire sur le coup de boule de Zidane, qui était un acte certes condamnable mais sur lequel la Cause n’avait pas à s’appesantir, autant la subtile phrase de Nicolas Anelka entre directement dans son domaine de compétence. C’est donc auréolés de cette absolue légitimité que nous avons à traiter du sujet que nous allons maintenant vous expliquer ce qu’il faut penser de cette mémorable sentence, au regard des préceptes d’élégance et de bon goût qui nous guident à chaque instant et dont nous ne nous défaisons en aucun cas. La question qu’il convient de trancher ici est donc la suivante : la déclaration de Nicolas Anelka à son entraineur conduit-elle son auteur à être considéré comme un Ennemi de la Cause ou, au contraire, comme un prétendant à la fonction de Parrain de la Cause ?

Il faut bien avoir conscience qu’en proférant une telle phrase, Nicolas Anelka n’a contrevenu à strictement aucune des règles auxquelles la Cause veille comme elle surveillerait le lait sur le feu. Nicolas Anelka n’a en effet pas dit « Va te faire enculer sale fils de pute ;-) » comme l’aurait dit n’importe quel internaute, jeune de surcroît, en pratiquant l’hypocrisie la plus éhontée et la plus en vogue sur le Web à l’aide d’un smiley du plus mauvais effet. Il n’a pas non plus dit « Va te faire enculer sale fils de pute !!! » comme l’aurait dit n’importe quelle préadolescente névrosée, et jeune qui plus est, en faisant croire, au moyen de trois ridicules points d’exclamation successifs, que sa phrase avait une quelconque valeur ajoutée, une quelconque portée supplémentaire, une quelconque force. Notre avant-centre national au talent footballistique contesté n’a pas plus déclaré « Va te faire enculer sale fils de pute ! lol » comme l’aurait fait n’importe quelle personne de 40 ans, mais attention « jeune dans ma tête », et persuadée que mettre des « lol » et des « mdr » à la fin de chacune de ses phrases fera disparaitre les déjà trop nombreuses rides qui s’alignent sur son front et que comme cela, elle pourra renouer le dialogue avec son fils de 17 ans qui fume « de la beuh ». Celui que l’on surnomme affectueusement le « vendangeur » n’a d’ailleurs pas non plus asséné à son « coach » « Va tfR enkulé sal fis dpute ! » comme n’aurait pas rechigné à le faire n’importe quel compulsif du langage texto, jeune pour ne rien arranger, qui justifie ses innombrables lacunes en orthographe par la nécessité de réduire ses productions écrites au strict minimum pour que « ça coûte moins reuch », car, n’étant plus à une vulgarité près, le jeune parle le verlan.

De tout cela, il ne fut rien. Non, Nicolas Anelka a tout simplement et très élégamment expliqué à son sélectionneur que : « Va te faire enculer, sale fils de pute ! ». Il n’a pas surchargé sa phrase d’un smiley ou d’un « lol » superflu, il s’est contenté d’aller droit au but, comme on le lui avait expliqué au centre d’entrainement du Paris Saint Germain alors qu’il débutait à peine sa prestigieuse carrière. Alors maintenant, il ne faut pas venir se plaindre s’il ne fait qu’appliquer à la lettre les consignes qu’on lui a donné alors qu’il venait de faire le terrible choix de renoncer à passer son brevet des collèges pour se consacrer pleinement à son futur métier de footballeur. Le brave petit n’avait que 18 ans.

Définitivement, Nicolas Anelka, par sa tonitruante déclaration, qui certes dépassait le simple cadre sportif, ne s’est pas de facto placé dans la fâcheuse posture d’Ennemi de la Cause, car enfin, si on ne peut plus traiter le sélectionneur de son équipe nationale de « sale fils de pute » et gentiment lui demander d’aller « se faire enculer », je vous le demande : où va-t-on ?

Cependant, nous ne pouvons pas non plus, sur la base d’une seule citation, nommer Nicolas Anelka Parrain de la Cause, cela serait lui faire bien trop d’honneur alors que quand même, il n’a réussi à cadrer qu’une seule frappe en deux matchs de Coupe du Monde et trois matchs de préparation. Dans le même ordre d’idées, nous ne pouvons pas décemment faire une telle proposition à une personne qui pense pouvoir rattraper un ballon en marchant. Faut quand même pas déconner.

En revanche, je veux maintenant m’adresser directement à toi, Nico, si tu permets que je t’appelle Nico, et si tu m’entends malgré les écouteurs solidement fixés à tes oreilles, et si tu arrives à me lire malgré ton allure nonchalante et ta vue basse. S’il s’avérait que Raymond Domenech t’expulse de l’Equipe de France, comme tu l’as bien mérité, car autant, du point de vue étroit de la Cause, nous n’avons rien à redire à ta déclaration, autant, du point de vue du respect d’autrui et de son supérieur, tout cela nous semble un peu limite, n’hésite pas à nous contacter pour faire un petit stage parmi nous, nous t’apprendrions à faire une passe avec un ballon et accessoirement que le football est un sport collectif, et tu nous apporterais ta connaissance en matière de raffinement, d’élégance et de courtoisie, car tu nous sembles en connaitre un rayon dans ce domaine.

Réfléchis-y, petit imbécile imbus. Et au plaisir.

Dans : Argumentaires de la Cause,Hors de Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 19 juin, 2010
A 17:10
Commentaires : 5
 

5 Commentaires

  1.  
    michelehardenne
    michelehardenne écrit:

    Il est vrai, que pour une fois qu’un joueur de « ballon au pied », arrive à faire une phrase sans la commencer par « je crois que » ou « je pense que » méritait un article, d’autant plus que cette phrase comporte quand même huit mots correctement alignés.

    Dernière publication sur MICHELE HARDENNE : Plume de nacre

  2.  
    Le Grand Maître de la Cause
    Le Grand Maître de la Cause écrit:

    Bonjour Michèle,
    Et oui, tu as raison de t’arrêter sur ce fait assez rare pour être souligné : un footballeur a réussi à aligner huit mots sans faire de faute de français!
    En même temps, il ne faut pas oublier que cette déclaration de Nicolas Anelka ne nous est pas parvenue directement, et elle a donc pu être retravaillée par les journalistes. En réalité, il est fort probable que Nico ait dit « Je crois que va te faire enculer, sale fils de pute », ce qui serait plus cohérent au regard de ses interviews précédentes. D’ailleurs, si cette correction des médias était vérifiée, Nicolas Anelka perdrait du même coup le soutien que nous venons de lui apporter!
    Déjà que ce n’est pas joli, joli, alors si en plus ce n’est pas bien dit…

  3.  
    va te faire
    va te faire écrit:

    Cette histoire est affligeante et c’est loin d’être terminé.
    La France a mal à son foot et les responsables oublient totalement les supporters et amoureux du jeu qui sont dépités. C’est vraiment chacun pour sa gueule sans aucune dignité et responsabilité.
    Du coup, ça m’inspire un petit projet de site Web. Je cherche encore un concept; sans doute un jeu Flash ou autre qui va tourner en dérision cette pitoyable histoire.

  4.  
    lantredejekyll
    lantredejekyll écrit:

     » Éh vous là! Je vous prie d’aller vous faire sodomiser, progéniture de péripatéticienne! », aurait du lancer d’un air outré le footballeur à son entraîneur afin de mériter de manière incontestable son titre de parrain de la Cause!
    Mais peut-être que là aussi les journalistes seraient passés et auraient réadaptés cette phrase sophistiquée et élégante par  » va te faire enculer, sale fils de pute! », bien plus évocateur, il faut l’avouer, à l’oreille du supporter moyen.

  5.  
    Mimy
    Mimy écrit:

    Bonsoir,
    Une phrase prononcée par un joueur et reprise par des journalistes méritait-elle un si long article ?
    Fort heureusement que « Nico » n’a pas terminé sa phrase par un smiley, un point d’exclamation ou qu’il ne l’a pas vulgairement orthographié.
    A vrai dire je me demande comment aurait-il pu réussir ce tour en proférant ces injures ?

Répondre

 
 

Aux petites mains. |
sabou28 |
PLAYERS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | quad montbrisonnais
| Troupe de théâtre amateur H...
| une vie de bouille...