La Cause pour l’Elégance, le Bon Goût et la Correction Orthographique, Lexicale et Grammaticale

Ici, pas de smileys, pas de lol ni de points d’exclamation successifs, mais de l’élégance, du bon goût et de la correction pour s’exprimer. Et un rude combat à mener contre la déferlante de la vulgarité. Rejoignez-nous!

 

Le smiley : visage de l’horreur

Parmi toutes les idioties que l’on peut entendre sortant de la bouche des défenseurs et des promoteurs de l’utilisation du smiley dans le langage écrit, celle qui revient le plus souvent reste sans doute cette affirmation selon laquelle le smiley serait à la conversation écrite ce que les expressions du visage sont à une discussion orale. Mais sauf tout le respect que je dois aux honorables personnes qui n’ont même pas honte de proférer de telles âneries, permettez-moi de dire que c’est particulièrement absurde.

De tous temps, les codes et usages des modes d’expression écrite et orale ont été différents. C’est toute la différence entre le langage soutenu et le langage familier. Il est toléré de dire de quelqu’un que c’est un gros con à l’oral, mais à l’écrit, on dira plutôt qu’il n’est pas très courtois. Inversement, dire d’un individu que c’est un connard à l’écrit passera pour déplacé et vulgaire, et l’on considérera volontiers quelqu’un qui dit oralement d’untel autre qu’il n’est pas très urbain comme curieux et saugrenu.

C’est pourquoi, à la Cause, en élargissant un petit peu le problème considéré, nous estimons que vouloir introduire les expressions du visage dans un texte écrit est clairement de tout aussi mauvais goût que d’écrire bordel de merde dans une lettre d’amour ou que de demander oralement à quelqu’un qu’il cesse ses simagrées quand on a tout simplement envie qu’il arrête de nous casser les couilles.

A la Cause, en définitive, nous n’aimons pas mélanger les torchons et les serviettes. Et dire que les expressions du visage sont nécessaires à la compréhension et à l’intelligibilité d’un texte nous semble aussi loin de la vérité que de dire que Michael Youn est un jeune comédien plein d’avenir et de talent. Car enfin, soyons sérieux deux secondes, et posons-nous la question : depuis quand a-t-on besoin de dessiner des petits visages pour faire comprendre à son interlocuteur dans quel état d’esprit nous nous trouvons ou quelles émotions nous ressentons ? Croyez-vous que Roméo a déclaré sa flamme à Juliette en lui écrivant une lettre conclue d’un petit smiley rougissant ?

Vous êtes de grandes personnes clairvoyantes et il n’est donc même pas besoin d’apporter de réponse à ces interrogations. Du temps ou l’élégance dans la langue était encore quelque-chose de normal, on faisait l’effort de faire passer ses émotions par des mots, ce qui était bien plus beau, bien plus fort et bien plus distingué que l’attitude désinvolte qui consiste à vouloir s’en tirer à bon compte en insérant deux ou trois vulgaires smileys en espérant être entendu de celui à qui on s’adresse.

En réalité, il faudrait voir à ne pas tout mélanger. La spontanéité et l’immédiateté de la conversation orale nécessitent de pouvoir accompagner le contenu de ce que l’on dit de quelque mimiques universellement reconnues : l’étonnement, la joie, la tristesse, l’inquiétude, la circonspection, la complicité. Mais si on le fait à l’oral, c’est justement car il y est délicat de prendre le temps de détailler par les mots la complexité de nos émotions. Mais à l’écrit, où nous avons tout le temps d’entrer avec précision dans les méandres de nos pensées et de les exprimer avec grâce, raffinement et justesse, pourquoi se priver d’une telle possibilité en y substituant un bête smiley réducteur et équivoque ?

De plus, si le smiley était réellement une représentation des différentes expressions du visage, il serait passablement inquiétant. Le smiley est en effet, nous l’avons déjà dit sur ce blog, un visage maladif, jaunâtre, peu avenant. Comment être réconforté par le sourire timide d’un visage à l’aspect décontenancé ? Comment répondre positivement à l’éclat de rire catarrheux et infectieux d’un visage décomposé ? Le smiley n’est autre qu’un visage d’horreur, un visage déprimé et déprimant. Imprégnez-vous de cette idée jusqu’à la moelle.

Arrêtons donc de présenter le smiley comme un progrès ou comme une avancée quand il n’est que régression et facilité. Si on utilise tant le smiley de nos jours, c’est parce qu’on ne sait plus écrire, on ne sait plus utiliser les infinies possibilités que nous offre pourtant la langue française. On préfère se vautrer dans le mauvais goût le plus crasseux par simple excès de fainéantise plutôt que de faire partie du cercle fermé des personnes de bon goût en consentant à un minimum d’efforts lorsque l’on s’avise d’écrire.

Chers amis, refusez cette dictature du smiley. Dorénavant, lorsque vous verrez l’un de ces visages de malheur, faites comme moi et comme tous les membres de la Cause : répondez-leur avec tout le dédain qu’il convient, dites-leur que vous refusez leur sourire ou leur clin d’œil, car ça ne peut plus durer. Nous nous sommes passés des expressions du visage dans l’expression écrite pendant plus de 2000 ans, je ne vois pas au nom de quoi il faudrait revenir sur ce principe sensé et vertueux aujourd’hui. Je propose donc, au nom des instances exécutives de la Cause, de renouveler le bail du bon goût et de l’élégance dans l’expression écrite pour au moins 2000 ans, ainsi, nous serons en mesure de faire barrage au smiley et de retrouver le raffinement que nous escomptons dans les productions écrites de nos contemporains.

Dans : Argumentaires de la Cause,Contre le smiley
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 18 mai, 2010
A 16:24
Commentaires :1
 

1 Commentaire

  1.  
    enz
    enz écrit:

    « Nous nous sommes passés des expressions du visage dans l’expression écrite pendant plus de 2000 ans, je ne vois pas au nom de quoi il faudrait revenir sur ce principe sensé et vertueux aujourd’hui. »

    Au nom du temps qui presse. Certes, nous pourrions adopter le bon goût afin d’exprimer par des mots ce qu’un smiley est censé indiquer, mais cela est-il donné à tous ? Si l’on me dit que oui, que c’est donné pour quiconque s’y efforcerait, alors combien de temps une telle personne perdrait en réfléchissant au futur trait d’humour qu’elle veut poster sur un forum ? L’élégance, mais vous le savez sûrement, implique la réflexion, laquelle implique le fait de devoir consacrer du temps. Ce n’est pas le but d’un forum ou d’un SMS.
    En ce qui concerne les mails, les lettres ou les articles, je suis d’accord avec votre position, en revanche.

    Je ne sais pas si quelqu’un me lira, mais si c’est le cas, sachez que le présent commentaire m’inquiète : j’ai peur que vous le preniez d’un ton hautin, ou arrogant, ou que sais-je encore. J’aurais aimé y « écrire » un smiley pour montrer que je m’exprime plutôt avec sympathie.

Répondre

 
 

Aux petites mains. |
sabou28 |
PLAYERS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | quad montbrisonnais
| Troupe de théâtre amateur H...
| une vie de bouille...