La Cause pour l’Elégance, le Bon Goût et la Correction Orthographique, Lexicale et Grammaticale

Ici, pas de smileys, pas de lol ni de points d’exclamation successifs, mais de l’élégance, du bon goût et de la correction pour s’exprimer. Et un rude combat à mener contre la déferlante de la vulgarité. Rejoignez-nous!

 

Les bonnes résolutions du Grand Maître de la Cause

Vous tous qui êtes en train de préparer le réveillon du Nouvel An, qui vous agglutinez dans les allées froides et suréclairées des supermarchés, qui cherchez votre service de mariage pour bien accueillir vos convives, qui descendez à la cave pour retrouver la boite à confettis et à cotillons, vous n’imaginez pas à quel point je vous plains.

Je ne vous plains pas en raison de votre participation à ces festivités de fin d’année, car moi aussi je suis un homme comme un autre, malgré mes apparences d’exception, j’ai des amis et je vais devoir passer une soirée morbide en leur compagnie, car le réveillon est toujours une soirée pénible. Un couple d’amis se dispute et il faut consoler l’un et l’autre en donnant à chacun l’assurance qu’on est de son côté; un type qui se retrouve là car c’est l’ami de l’amie d’un ami ne cesse de boire et vous vous retrouvez à 23h à le passer sous la douche ou à essuyer ses déjections orales dans les toilettes; à minuit, tout le monde explose de joie puis, une minute plus tard, fait le point sur sa vie, et déprime; à une heure du mat’, les derniers vaillants font comme si de rien n’était et continuent de se trémousser sur une pauvre musique des années 80 avant de tomber, raide de fatigue, un quart d’heure plus tard, parce que c’est pas tout ça, mais demain, y en a qui bossent.

Tout cela, à une bulle de champagne près, vous l’avez vécu, vous le vivrez à nouveau, et moi non plus, je n’y couperai pas. Ce n’est donc pas de cela que je vous plaindrais ici, nous sommes tous dans la même barque et je préfère encore m’apitoyer sur mon propre sort. En revanche, ce dont je vous plains grandement, c’est de la rituelle question à laquelle vous devrez obligatoirement faire face sur les coups de minuit : « Alors, quelle est ta bonne résolution pour l’année à venir ? »

(more…)

Dans : Les aventures du Grand Maître de la Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 29 décembre, 2010
A 21:07
Commentaires : 0
 
 

Juste un mot

Sous sa robe rouge purpurine bordée d’hermine, le Grand Maître de la Cause souhaite aujourd’hui s’ériger en protecteur et défenseur de la justice et de la justesse. Dans un raclement de gorge, il hausse donc le ton de sa voix rocailleuse, et dans un effet de manche magistral, il suspend l’auditoire à ses lèvres, pour dire que quand même, ça suffit.

Cela fait maintenant plus de cinq ans qu’il observe avec inquiétude la propagation d’une nouvelle manie langagière parfaitement horripilante, et qu’il convient donc de démonter en pièces, car il n’est pas trop tard pour remettre la France dans le droit chemin. Cette nouvelle mode, consubstantielle à l’ambiance jeunisante, et non mois exaspérante, de notre société, mérite en effet d’être éradiquée une bonne fois pour toute.

Je veux parler bien sûr de cette habitude énervante qu’ont désormais la plupart des invités récurrents de divers médias d’utiliser le mot « juste » à toutes les sauces. « C’est juste incroyable ! » s’exclame Benjamin Castaldi, « C’est juste énorme ! » se réjouit Nagui, « C’est juste scandaleux ! » s’insurge Cécile Duflot, « C’est juste juste. » assène le juge Van Ruymbeke. Au-delà de leur inélégance crasse, quel est le point commun entre tous ces sinistres individus ? Je vous aide : ce n’est pas le port de la moustache. La réponse est un âge gravitant autour de la quarantaine, donc l’impression de vieillir inexorablement et de ne plus aussi bien tenir l’alcool, et, pour la contrebalancer, la volonté ferme et résolue de paraitre jeune en employant un vocable supposé appartenir à la jeunesse. Pathétique.

(more…)

Dans : Argumentaires de la Cause,Ils abîment la langue
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 23 décembre, 2010
A 16:18
Commentaires : 2
 
 

La lettre au Père Noël du Grand Maître de la Cause

Et voilà, comme nous pouvions nous y attendre, la neige a recouvert de son blanc manteau nos toits et nos forêts; les candélabres ont revêtu pour deux mois leurs belles décorations lumineuses et clignotantes; les trains sont en retard, encore que ce dernier point ne soit pas particulièrement distinctif de la période hivernale qui nous préoccupe ici, comme vous l’avez déjà compris car vous n’êtes pas sans savoir que Noël approche. Oh ! Vous pourrez me reprocher d’avoir déjà introduit un de mes précédents papiers de la sorte, mais que voulez-vous, le froid, la neige et Noël, c’est quand même l’actualité du moment.

Or je me suis aperçu l’autre jour que je n’avais pas encore envoyé ma lettre au Père Noël, ce qui m’a inquiété car alors, comment aurait-il pu savoir que je voulais pour Noël une large diffusion du bon goût lexical et de la correction rédactionnelle parmi mes compatriotes, mais surtout parmi les moins patriotes d’entre eux?

Mais je vous entends d’ici vous gausser sur un ton attendri en vous exclamant « Eh l’autr’ eh ! Il croit encore au Père Noël ! C’est encore un gamin ! », ce que je vous somme d’arrêter immédiatement. Parce que d’abord, c’est pas vrai, je suis pas un enfant, et puis c’est celui qui dit qui y est. Na. Et ensuite, imaginez une seconde qu’un vrai enfant vienne à lire ces lignes, un authentique enfant comme vous avez oublié que vous le fûtes aussi. Il se demandera en quoi est-il si honteux de croire au Père Noël, pourquoi est-ce que ceci suscite vos quolibets malfaisants. Et puis, il réfléchira le marmot, car il n’est pas sot – on pourrait d’ailleurs dire que de ce point de vue, je suis un superbe enfant – et il se dira « Si on se moque de moi parce que je crois en quelque-chose, c’est certainement parce que ce quelque-chose en question n’existe pas… » Et il ira d’un pas décidé se désinscrire de ses cours de catéchisme et vous porterez pour le restant de vos jours sur vos frêles épaules le poids de la désaffection des églises. Et je ne veux en aucun cas endosser cette responsabilité en publiant vos moqueries sur mon site. Surtout en période de Noël.

Pour être clair et en finir avec cette histoire, je tiens donc à dire que je ne crois pas au Père Noël. Je n’y crois pas pas non plus d’ailleurs. En fait, je n’ai pas d’avis tranché sur la question, et, finalement, je me dis que j’ai tout à gagner à considérer qu’il existe. Par conséquent je rédige des lettres au Père Noël, sans lui poser la question de savoir s’il existe ou pas. Ce n’est pas mon problème au fond. S’il n’existe pas, c’est bien dommage pour lui, mais je m’en accommoderais parfaitement.

(more…)

Dans : Les aventures du Grand Maître de la Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 14 décembre, 2010
A 17:57
Commentaires : 5
 
 

Le smiley moustachu :-{)

La Cause pour l’Elégance, le Bon Goût et la Correction Orthographique, Lexicale et Grammaticale a démontré à plus d’une reprise, ce qui fait au moins deux reprises, qu’elle était non seulement à l’écoute de ses lecteurs, mais aussi à leur service. D’argumentaires mordants contre les crimes rédactionnels et les inepties linguistiques à de truculentes digressions sur des sujets tout aussi divers que variés – ce qui est le propre des digressions – le Grand Maître de la Cause, qui est, en quelques sortes, le Gentil Organisateur de notre Institution séculaire, a de nombreuses fois donné l’illustration de ce qu’il entendait par générosité et proximité avec le lecteur, et, aujourd’hui encore, il ne compte pas faillir à cette réputation.

En effet, nous avons bien conscience, parfois, d’en demander beaucoup à nos camarades et compagnons de route hommes de bon goût. Nous considérons parfois un peu vite que tout le monde a notre niveau de compétence et de pratique pour mener à bien nos actions ce qui n’est, bien évidemment, pas le cas. Mais nous ne vous en tenons en rien rigueur, l’excellence ne se décrète pas d’un claquement de doigts. Par exemple nous savons bien qu’il n’y a rien d’évident dans le dépistage et la traque du smiley, surtout que celui-ci peut avoir de multiples aspects.

Aussi, nous avons décidé d’accompagner les internautes dans leur recherche de smileys et de partager avec eux notre expérience en la matière, afin qu’ils sachent non seulement les repérer dans un contexte hostile, mais également les appréhender, et, enfin, qu’ils acquièrent les meilleures techniques de destruction. Nous allons donc étudier, un à un, le cas de chaque smiley, pour finir par lui faire la peau. Cet inventaire sera répertorié dans la catégorie spécialement créée à cet effet « Le village des smileys », car, finalement, nous sommes un peu aux smileys ce que Gargamel est aux Schtroumpfs, sauf que nous sommes mieux habillés que Gargamel, et que les smileys ne sont pas bleus.

(more…)

Dans : Le village des smileys
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 9 décembre, 2010
A 15:14
Commentaires : 0
 
 

Le Loto du mauvais goût (niveau 2)

Les plus perspicaces d’entre vous auront remarqué que mon précédent article ayant pour titre « Le Loto du mauvais goût (niveau 1) », le suivant s’intitulerait probablement « Le Loto du mauvais goût (niveau 2) ». A ce stade de mon propos il serait particulièrement stupide de faire jouer un faux suspense du genre « Alors les petits nenfants, devinez quel nom il a donné à son article le Grand Maître de la Cause ? », puisque, tout petits nenfants que vous soyez, vous n’êtes pas sots, et le titre de cet article est certainement la première chose que vous ayez lu en arrivant ici. A moins que vous ne soyez des petits nenfants de moins de cinq ans, auquel cas la première chose que vous ayez constatée en arrivant ici est qu’il n’y a pas beaucoup d’images, la seconde est que vous ne savez pas lire, en conséquence de quoi vous avez décidé d’aller visiter un site moins austère, comme Légifrance ou LeMonde.fr.

Et, après tout, je me réjouis d’un tel sens logique et de cet esprit de déduction chez mon lectorat, qui prouve bien que nous sommes faits du même bois, car, comme vous avez pu le voir, quand mon cerveau fécond imagine un niveau 1, tout comme vous, c’est plus fort que lui, il se croit obligé ensuite d’élaborer un niveau 2.

(more…)

Dans : Astuces de la Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 4 décembre, 2010
A 13:42
Commentaires :1
 
 

Le Loto du mauvais goût (niveau 1)

Ça y est. C’est l’hiver. La neige. Le froid. Le vent. La nuit. La saison triste et morte. Le temps arrêté. Les journées écourtées. Les nuits insomnies.

Bien sûr, vous pourrez préférer y voir les décorations de Noël, les sourires des enfants devant les vitrines des magasins, la joie des bambins qui gambadent en combinaisons colorées dans les pentes enneigées à la poursuite de leur luge, le bonheur éclatant des gamins qui ouvrent leurs cadeaux, la touchante naïveté des gosses qui croient encore au Père Noël ou bien la magie des mioches qui mangent des papillotes en se salissant de chocolat.

Mais moi, je ne suis plus un enfant. Depuis qu’on m’a porté à la tête de la Cause et que j’ai pris conscience de la tristesse du monde et de l’impasse dans laquelle il se trouvait, je n’ai plus vraiment l’âme poétique et ingénue. Cela ne veut pas dire pour autant que je ne sais pas rire, et, bien au contraire, je suis un des premiers arrivés lorsqu’il s’agit de se moquer du malheur des autres.

C’est pourquoi je vous propose aujourd’hui de nous amuser avec les innocentes mais néanmoins innombrables victimes du mauvais goût verbal. J’aurais pu commencer cette phrase par la formule « une fois n’est pas coutume », mais cela aurait été mentir, car nous avons bel et bien coutume de nous payer la tête des utilisateurs de smileys. Mais aujourd’hui nous allons le faire de manière innovante et originale, en organisant un Loto du mauvais goût, qui nous permettra d’assouvir tout à la fois notre soif d’amusement et notre propension à la misanthropie.

(more…)

Dans : Astuces de la Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 28 novembre, 2010
A 18:47
Commentaires : 0
 
 

Non, ça ne va pas !

Par ce titre tonitruant, je souhaite aujourd’hui pousser un violent coup de gueule. Vous pourrez m’opposer, à juste raison, que des coups de gueule, j’en ai déjà passé un certain nombre sur ce blog, et que ce n’est pas pour autant que j’ai donné à mes articles des titres aussi secs et provocateurs qui réveillent tout le monde et dérangent la voisine. Mais là, vraiment, je vous l’assure, il faut taper du poing sur la table, et en briser le bois. Si d’aventure il s’agit d’une table en bois, cela va de soi. Si c’est une table en marbre que vous avez devant vous, vous pouvez bien sûr taper dessus, mais je vous déconseille alors fortement de tenter de la casser. Vous risqueriez de vous faire mal.

En effet, il me semble urgent de revenir sur un phénomène de société qui se développe massivement parmi la population et notamment, comme vous pouvez vous en douter, parmi sa frange la plus jeune, la plus adolescente, la plus boutonneuse et la plus fan de Lady Gaga, qui est généralement, pour notre plus grand malheur, tout cela à la fois. J’observe la propagation de cette nouvelle innovation orthographique depuis un certain temps, une douzaine d’années environ, onze ans et demi plutôt, oh et puis ne soyons pas chiches, disons-le franchement, cela fait onze ans, cinq mois, deux semaines, quatre jours, quinze heures et seize minutes que j’en suis attentivement les évolutions, et c’est peu dire qu’elles m’inquiètent autant qu’elles me répugnent, d’où ma promptitude à réagir.

(more…)

Dans : Argumentaires de la Cause,Contre le langage texto
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 23 novembre, 2010
A 23:03
Commentaires : 3
 
 

Faut-il supprimer les notes à l’école ?

Les enfants,

Cela fait une semaine que je n’ai pas endossé mon cartable à roulettes ; une semaine sans chausser mes mocassins et mes socquettes, sans porter mon short de velours et mes petites bretelles ; une semaine loin de la sonnerie de la fin de la récréation et sans bagarre parce que c’est lui qu’a commencé à me piquer mes billes. Bref, vous l’avez compris, je me suis accordé, comme cela, une petite semaine bien méritée de vacances.

Or, les enfants, et même si vous n’êtes pas des enfants vous avez le droit de rester, vous ne devinerez jamais ce que j’ai appris de retour chez moi, les sandales encore pleines de sables et les cheveux plein de sel. J’apprends qu’on veut changer mon école. L’école qui m’a fait tel que je suis, qui vous a fait tel que vous êtes ou qui vous fera tel que vous serez, encore que sur ce dernier point, je ne puis l’affirmer avec certitude.

Une telle nouvelle justifiait pleinement que j’interrompe mes congés, que je saisisse de la main gauche mon stylo à bille qui ne bave pas et de la main droite une feuille perforée à grands carreaux et interlignes, pour écrire, en exclusivité pour le blog de la Cause pour l’Elégance, le Bon Goût et la Correction Orthographique, Lexicale et Grammaticale dont je suis le professeur agrégé, ma dernière rédaction sur le sujet en question. Oui, je suis gaucher. C’est pour cela qu’il me faut un stylo qui ne bave pas.

Bulletin du Grand Maître de la Cause

(more…)

Dans : Hors de Cause,Revue de presse
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 19 novembre, 2010
A 10:13
Commentaires : 5
 
 

Le choix épineux du sujet de son blog

C’est avec un brin de nostalgie que je débute aujourd’hui mon propos, en jetant furtivement un coup d’œil dans le rétroviseur de nos actions. Cela fait en effet maintenant plus de six mois que la Cause a été créée. Six mois qu’elle résiste sur le front de l’élégance lexicale et du bon goût verbal. Six mois qu’elle repousse inlassablement les assauts de plus en plus nombreux et de plus en plus violents des smileys et de leurs comparses. Six mois qu’elle protège les innocentes victimes de la vulgarité grammaticale. Bref. Cela fait six mois que la Cause a changé le cours de l’histoire de l’humanité, et probablement aussi celui de votre vie.

Forts de cette expérience au long court, que nous menons avec constance et persévérance, nous nous sommes faits la réflexion suivante : « Et pourquoi serions-nous les seuls à pouvoir changer la face du monde ? » C’est vrai quoi, il n’y a aucune raison pour que nous ayons le monopole de la révolution culturelle que nous avons enclenchée à nos glorieux débuts et assumée sans coup férir depuis lors. C’est pourquoi nous avons collégialement décidé, en Comité Exécutif de la Cause, dans lequel je suis, je le rappelle, le seul à siéger – d’autant plus qu’il a été créé ad hoc par moi-même pour réfléchir à la question – de partager nos petits secrets de fabrication avec l’ensemble de la communauté Internet. C’est aussi cela le Web2.0, l’Internet participatif et collaboratif dans lequel nous nous inscrivons pleinement sur ordre du Grand Maître de la Cause.

Nous inaugurons donc aujourd’hui une nouvelle catégorie, « Créer son blog avec la Cause », dans laquelle nous vous apprendrons à développer et faire fructifier un blog de bon goût, dans toutes les dimensions que cela implique. Car s’il y a deux domaines où nous touchons notre bille, c’est bien la gestion d’un blog et le bon goût. Si vous suivez tous nos conseils à la lettre, vous serez alors en mesure de diriger un nouveau blog de bon goût, certifié AOC par la CEBGCOLG. Et obtenir l’extrême onction du Grand Maître de la Cause est un gage de réussite future certaine pour un blog, nous en savons quelque chose.

(more…)

Dans : Créer son blog avec la Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 11 novembre, 2010
A 10:15
Commentaires : 4
 
 

Métaphysique du numérique

Bonjour à tous,
Bonjour à toutes,
Et Bonjour à ceux qui ne se seraient pas reconnus dans une de ces deux catégories,

Ça ne vous étonnera certainement pas, mais ici, à la Cause pour l’Elégance, le Bon Goût et la Correction Orthographique Lexicale et Grammaticale, en ce lieu de réflexion, de débat d’idées, d’échange argument contre argument, la philosophie n’est jamais très loin. En tant qu’intellectuel de renom, le Grand Maître de la Cause se doit de réfléchir, de disserter, et de poser les fondements d’une nouvelle théorie de la connaissance mise à jour de l’ère du numérique, de l’Internet, du téléphone portable et des smileys.

Sans prétention aucune, il vous propose aujourd’hui de le suivre dans la construction de sa pensée, qu’il n’a pas peur de laisser cheminer au gré de ses divagations, quitte à révolutionner le paradigme sociétal prédominant. Vous l’avez compris, aujourd’hui je ne serai – pour vous gratifier d’un jeu de mot dont j’ai presque honte – ni Bourdieu ni Grand Maître, mais un libre penseur, assumant sa mission de redéfinition ontologique de l’essentialisme humaniste.

Moi-même, je ne suis pas sûr d’avoir compris cette dernière phrase, aussi, dans un souci de vulgarisation je m’autoriserais parfois à quelques écarts sémantiques et à quelques analogies éclairantes sous leur aspect trivial. Vous vous doutez bien qu’établir un nouveau modèle de représentation de l’homme et de la société ne se fait pas en un claquement de doigt, aussi, devant l’ampleur de la tâche qui nous attend, je vous propose de nous atteler aujourd’hui à la résolution d’une première question, essentielle à mes yeux : « Le tout est-il plus que la somme de ses parties ? » Et ça suffira bien pour aujourd’hui, en plus il y a un bon film à la télé ce soir.

(more…)

Dans : Philosophons avec le Grand Maître de la Cause
Par Le Grand Maître de la Cause
Le 7 novembre, 2010
A 9:09
Commentaires : 5
 
123456
 
 

Aux petites mains. |
sabou28 |
PLAYERS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | quad montbrisonnais
| Troupe de théâtre amateur H...
| une vie de bouille...